CFDRM > Dossiers > CV Alain cabello > Département de masso-égyptologie du CFDRM > Quel masso-contenu pour le PLouvre E 32847, de 1550 et 1050 av J.C.
Page créée le : sam. 19 octobre 2019, 15:00, terminée le : ?, affinée jusqu'au : _ ; modifiée le : lundi 11 novembre 2019, 11:56
Mots clefs : Histoire du massage en Égypte ; le massage en Égypte ; Égypte ; massage thanato-morbide ; réverso-thanatique ; (enduire - enduisait - ) ; frotter ; pénétrer = massage) ; baumes ; enfoncement ; pénétration ; imprégner ; modelage ; glisse ; pétrissage ; malaxer ;
Noms propres cités (0) :

– Les institutionnels - CFDRM de Paris ; Ecole de Cnide ; Louvre ;

– Les hommes (8) : Thierry Bardinet ; Jean-Pierre Brun ; Alain Cabello Mosnier ; Jean Capart (1877-1947) ; Georg Moritz Ebers Information ouverte dans une nouvelle page (pEbers Information ouverte dans une nouvelle page) ; Richard-Alain Jean ; Nathalie Lienhard ; Charles Mathien ; Edwin Smith (pSmith) ;  ;

- contemporains : (prérogative éditoriale)

- secondaires en citation :

Les rois & personnages : Aménophis II Information ouverte dans une nouvelle page 1424-1398 av. J.-C. ; Amon Information ouverte dans une nouvelle page (Le caché - (triade thébaine ) ; Ankhmahor Information ouverte dans une nouvelle page (Ânkh-ma-hor) ; Khonsou Information ouverte dans une nouvelle page (triade thébaine) ; Mout Information ouverte dans une nouvelle page (La mère - (triade thébaine ) ; Ramsès Information ouverte dans une nouvelle page (1294-1250 av. J.-C.) ; Seth Information ouverte dans une nouvelle page ; Téti ; Thot Information ouverte dans une nouvelle page ;

Les dieux :

Les lieux : Hyksôs Information ouverte dans une nouvelle page

Dossier associé : (Le massage en Egypte dossier collecteur)
Article précédant : Les superviseurs des manucures du palais 11 juillet 2013 Article suivant : N/C (racc. perso Alt3)

 

En cours de rédaction (ne pas lire)

Essai

Quel masso-contenu pour le PLouvre E 32847

 

de 1550 et 1050 av J.C.

 

 

 

étude de texte par Alain Cabello-Mosnier correspondant à la masso-collation de Médecins et magiciens à la cour du pharaon. Une étude du papyrus médical Louvre E 32847, par Thierry Bardinet, Ed. Khéops et musée du Louvre, Paris, 2018 TDM  Fiche technique
P/O le
CFDRM
Libre de droits non commerciaux.

rédaction en cours (ne pas lire)

Rédigé à Paris le : 28 mars 2019

  TABLE

  1. ...

Préambules d'articles

Je ne suis pas là pour vous raconter des histoires ou vous laisser croire à la l'extrême science de mes écrits sur l'Égypte par-delà la mort mais pour partager avec vous, toute la justesse du doute, plus que la permanence de ses renoncements. Ne pas savoir aura été le début de ma sagesse, et je souhaite ici davantage proposer qu'affirmer, être le doigt qui vous désigne la source pour la source et non pour le doigt.

Une des activités du CFDRM de Paris est de chercher les traces de massage là où tout le monde les voit bien sûr mais aussi et surtout là où elles sont rares et difficiles à observer. L'Égypte ancienne fascine, fait couler beaucoup d'encre mais dès que l'on interroge la place de la friction, de l'onction et donc, du massage, là, il n'y a plus que l'aridité d'un désert. Il ne s'agit donc pas d'écrire un énième texte plus que douteux sur l'Égypte mais bien d'isoler la partie qui nous concerne en ne partant que d'auteurs autorisés et d'éditions académiques. Mais attention, lire les plus recommandés ne veut pas dire que ce que j'écris est irréprochable, non mais seulement que la base de travail de départ est juste et que je ferai tout pour, lire et relire, corriger inlassablement ce que je propose, soumettre les hiéroglyphes qui me posent problèmes à l'égyptologue Richard-Alain Jean.

Ma méthodologie est toujours la même, lucifuge, elle consiste d'abord à lire l'ouvrage extrêmement consciencieusement, ligne par ligne comme un scaner afin que cette lecture soit discriminante et définitive, au fur et à mesure de cette lecture je reporte tout le matériel masso-compatible que je trouve dans la fiche technique du livre, ceci étant fait, je m'emploie à résumer par un article son masso-contenu. J'en suis donc à ce moment de rédaction. Ce qui va suivre va constituer un premier jet de synthèse de tout le ce que j'ai identifié dans le papyrus Louvre E 32847 acheté par l'Etat en 2006 et corrélativement, traduit pour la première fois dans cet Médecins et magiciens à la cour du pharaon. Une étude du papyrus médical Louvre E 32847, Ed. Khéops et musée du Louvre, Paris, TDM  Fiche techniquede Thierry Bardinet, docteur en sciences historiques et philologiques de l'École pratique des Hautes Études. L'ébauche d'étude qu'il fait de ce papyrus, est la même de celle que je mène sur la place du massage dans ce même papyrus.

 

Aperçu

Il faut bien comprendre que ce livre d'égyptologie de Thierry Bardinet n'est pas seulement ou ouvrage dans lequel je tenterais d'identifier une supposée masso-présence épygraphique égyptienne, non, il fait partit de ces rares cas où des égyptologues utilisent le terme de massage pour qualifier une pratique et qu'il appert Information ouverte dans une nouvelle page que ses récurrences s'avèrent bien plus rares que le nombre de fois où il serait justifié de l'employer. Les synonymes qu'il convoque participe de cette masso-présence qui justifie ce papier.

 

 

Il s'agit d'un appareil critique visant à résumer la place du massage à la cour d’Aménophis II Information ouverte dans une nouvelle page 1424-1398 av. J.-C. en récapitulant tout le masso-contenu des textes masso-compatibles de Médecins et magiciens à la cour du pharaon. Une étude du papyrus médical Louvre E 32847, Ed. Khéops et musée du Louvre, Paris, TDM  Fiche technique. Nous aurons ainsi tout un éclairage sur les utilisations périphériques de la friction, des onctions médico-magico-religieuses issues du monde sémitique Information ouverte dans une nouvelle page.

 

Tout commence en 1953 lorsqu'un particulier ramène en France cet exceptionnel papyrus médical de magie thérapeutique à l'intention du Palais Royal de la XVIIIe dynastie Information ouverte dans une nouvelle page suite à un accord passé 3500 ans plus tard avec les autorités de la République arabe d'Égypte.

A la suite du décès du propriétaire, l'Etat français le classe Trésor National pour éviter qu'il ne sorte du territoire et s'en porte acquéreur pour les collections égyptiennes du Musée du Louvre en 2006.

Il se place comme le deuxième papyrus médical le plus long au monde puisqu'il devait mesurer environ sept mètres même s'il ne couvre plus aujourd'hui que huit feuilles recto-verso en tout cas en possession du Louvre puisque les butins étaient ainsi partagés. Le plus long étant le pEbers Information ouverte dans une nouvelle page datant du début du Nouvel Empire, vers 1500 av J.-C. conservé à la bibliothèque de l'université de Leipzig lui mesure vingt mètres.

Ce qu'il est désormais d'usage d'appeler le pLouvre E 32847, (p) pour papyrus est plus jeune de quelques décennies puisqu'il aurait été écrit pour la cour d’Amenhotep II Information ouverte dans une nouvelle page 1424-1398 av. J.-C. ; comme la plupart des papyrus antérieurs au 6e siècle avant notre ère, celui-ci est écrit en hiératique, la cursive hiéroglyphique.

Malgré les pertes en début du rouleau et les idéogrammes illisibles nous pouvons scinder l'ensemble en deux parties distinctes. Un recto comprenant tout un compendium de maladies mais aussi des formulations de remèdes dont on retrouve parfois des correspondances avec celles présentes sur le pSmith et le pEbers Information ouverte dans une nouvelle page.

A son sujet le Louvre écrit ceci : « Le premier scribe a consigné son texte de façon dense, avec une petite écriture serrée, aux alentours des règnes de Thoutmosis III Information ouverte dans une nouvelle page ou Aménophis II (1479-1401 av. J.-C). Le deuxième ensemble, au verso, comporte des descriptifs de maladies plus longs et plus nombreux et accorde une part beaucoup plus importante aux textes « magiques », sans parallèles connus. Le second scribe, à l'écriture ample et aux déliés marqués, est intervenu environ 150 ans plus tard, vers le début de l'époque des Ramsès Information ouverte dans une nouvelle page (1294-1250 av. J.-C.) Il a peut être écrit, sur le rouleau, à la suite de son collègue et a retourné le papyrus pour y consigner son texte. »

C'est Marc Étienne qui en 2011 dans L'art du médecin égyptien, dossier thématique du Louvre qui révélera la présence de deux auteurs.

Le pLouvre E 32847 n'était pas encore nettoyé que Thierry Bardinet, docteur en sciences historiques et philologiques de l'École pratique des Hautes Études, et auteur de nombreux ouvrages et articles sur la médecine et la botanique de l'Égypte ancienne publiait en 2018, Médecins et magiciens à la cour du pharaon. Une étude du papyrus médical Louvre E 32847, Ed. Khéops et musée du Louvre, Paris, TDM  Fiche technique. Les nouvelles technologies de lectures et de détections moléculaires permettant de visualiser l'emplacement des encres et donc le texte invisible pourront probablement amener plus d'informations sur ce traité médical. Il faut rappeler que l'auteur dit page 53, avoir travaillé sur photographies et que le texte était encore en cours de nettoyage. Si l'ensemble de ces procédés scientifiques apporteront nécessairement des éléments de précision au monde exigeant de l'égyptologie, je ne pense pas que son masso-contenu soit modifié.

 

Puisqu'il s'agit d'une publication sur l'Égypte qui gravite autour d'un papyrus égyptien d'envergure écrit sous le règne Amenhotep II Information ouverte dans une nouvelle page ça n'aurait aucun sens d'utiliser le nom hellénisé d'Aménophis II Information ouverte dans une nouvelle page que l'on rencontre parfois, nous resterons donc avec celui issu du vieil égyptien (imènétep = Amenhotep)

L'étude onomastique Information ouverte dans une nouvelle page des noms propres égyptiens révèle souvent dans leur étymologie un lien de parenté symboliquement établi avec celui d'un dieu. Amenhotep contient aussi un de ces théophores Information ouverte dans une nouvelle page, Jmn évoque le dieu Amon Information ouverte dans une nouvelle page (Le caché), [un de la triade thébaine avec sa femme Mout Information ouverte dans une nouvelle page (La mère)], auquel s'ajoute la table d'offrande Information ouverte dans une nouvelle pagedont la phonétique est tp (étèp). C'est le septième roi de la XVIIIe dynastie Information ouverte dans une nouvelle page (-1550/-1292) (6e si on ne compte pas la Reine Hatchepsout Information ouverte dans une nouvelle page dont on a tenté d'effacer le règne). Plusieurs dates de règne circulent mais, monté sur « le trône d’Horus Information ouverte dans une nouvelle page des vivants » à l’âge de dix-huit ans, il exercera son pouvoir approximativement entre 1424-1398 av. J.-C. avec une extrême brutalité politique pour maintenir l'intégrité de son empire. C'est à son époque que le papyrus médical du Louvre E 32847 sera rédigé, inspiré de formules plus anciennes contenant pour certaines des frictions, des massages. Cette désconstruction que je viens de faire avec le cartouche d'Amenhotep je le ferais régulièrement afin d'isoler pour vous les signes masso-compatibles que nous rencontrerons mais il faut bien savoir que, si la sémiotique de chaque symbole est parfaitement identifiée, que la signification de chaque symbole est à peu près bien établie et acceptée par la communauté des égyptologues, leur désignation figurative reste quant-à elle livrée à l'imagination de chacun. Par exemple, ce signeest une consonne unilitère qui signifie cupule avec ce circonflexe dessous sachant qu'en égyptien il y en a quatre variantes (h1, h2, h3, h4), celui-ci répond au reu allemand comme dans achtung, on lui donne le code x mais celui de Gardiner est : Aa1. Alan Henderson Gardiner (1879-1963) le qualifie de boule de corde, d'autres de crible, de gril, même si, chez tous le monde, il désigne le placenta. Je tiens à préciser que les multiples appellations que je restituerai proviennent de wikipédia Information ouverte dans une nouvelle page.

 

Présentation

C'est une de mes masso-sentinelles qui m'a d'abord alerté de l'emploi du verbe masser à la page 72 de cet ouvrage, chapitre 1. Recueil de médications pour la cour royale Fiche technique - Patients présentant des dermatoses p.71, et chapitre V. Médications complémentaires pour la cour royale Fiche technique- Livre du ricin, p. 249. J'ai donc acquit l'ouvrage dès mars 2019 au bénéfice des collections du CFDRM de Paris, ai procédé à une lecture très approfondie tout en listant et ressaisissant chaque hiéroglyphe _même ceux à signal faible_ susceptible de concerner le massage. C'est donc à partir de ce magnifique travail aux éditions du Louvre que j'adosse le mien tout en faisant le maximum pour l'enrichir de mes précédents papiers et des apports patiemment cousus au Département de masso-égyptologie tous spécialement élaboré pour le CFDRM de Paris.

Bien sûr, encore une fois, il ne s'agit pas de massages récréatifs fait de palper/rouler parfaitement restitués et généreusement aspergé d'huiles parfumées dans un cadre enchanteur fait de pyramides et d'esclaves sublimes mais de pratiques médico-magico-religieuses plus ou moins aboutis dont l'expression va de la simple application onctionnelle dont la gestuelle amène une amorce basale, un toucher directionnel pouvant s'étendre jusqu'à des frictions et des mannoeuvres clairement établies et citées. C'est là que commence mon travail de balayage attentif d'autant plus qu'au moins à deux reprises ici, le massage n'est pas le fruit de mes supputations obsessionnelles, mais le constat d'un docteur en sciences historiques et philologiques de l'École pratique des Hautes Études, ce qui apporte nécessairement de la dynamique à cette étude. Je rappelle que la philologie Information ouverte dans une nouvelle page c'est l'étude des langues, l'évolution des mots et leur confrontation dans un réel historique qui bouge. Donc, les mots que nous vous restituons ne sont que ceux qui restent disponibles et mobilisables à l'intérieur de notre propre langue afin que nous nous entendions mais ils ne seront jamais ceux de l'égyptien, ce ne sont que des équivalences inter-langues. Par exemple, la côte animale Aa15translittérée M /gs /im /m mise au-dessus du verrou O34(var.Aa8) translittéré Z/S formera le cadratg. G en vieil égyptien, et après bien des mutations, se superposera finalement avec « oindre » en français ; ainsi, il faut davantage le voir comme une passerelle dont la correspondance indo-européenne la plus proche dans la culture latine pourrait être acceptablement associée à oindre que comme sa traduction directe. Thierry Bardinet ne procède jamais qu'à des interprétations au regard d'un contexte linguistique, de correspondances philologiques âprement discutées, argumentées instituant une unité de relation. De la même manière, l'onction n'est qu'une simple verbalisation subjective de l'idée que l'on s'en fait mais ira bien au-delà en chariant avec elle tout un ensemble de frame auxquels on va tenter de coller en fonction de toute une liste perceptive à multiples paliers prospectifs.

 

Concernant cet insigne rouleau il faut aussi savoir qu'il se couvre de cinq livrets distincts tous parcourus d'arracharge, de manques et de formules que le nettoyage d'alors n'avait pas encore rendu lisible. Il y a deux traités de médications qui en encadrent trois autres sur les tumeurs et les soins aux défunts :

  • Livre II Préambule du livre des tumeurs de Khonsou Fiche techniquep. 99 (recto) [et p. 123 onguent, baume et enduit]
  • Livre IV Instruction pour l'embaumement des grands personnages de la cour royale Fiche techniquep. 211 (verso) [onguent - embaumement = massage fortement thanato-morbide]

 

Le papyrus du Louvre E 32847, date de la cour d'Amenhotep II Information ouverte dans une nouvelle page alias Aménophis II Information ouverte dans une nouvelle page 1424-1398 av. J.-C. La datation paléographique correspond à la période du Nouvel Empire mais elle n'est fondée qu'à étudier le type d'écritures indépendamment du contenu qui lui peut couvrir des périodes beaucoup plus anciennes. Dans le cas qui nous occupe, très clairement nous retrouvons des formulations à l'identiques, parfois légèrement modifiées dans des papyrus antérieurs. Il est important de garder à l'esprit que ce traité présenté comme médical ne peut pas être dissocié de sa mystique matricielle et que seule la magie pouvait activer en facilitant les échanges inter-monde. Ce ne sont pas des médecins, ce sont des prêtres qui exercent la médecine en interprétant un ensemble de signes qui font penser à l'attaque de tel démon. Il n'y a pas de symptômes, juste des comportements démoniaques qui se trahissent par leurs manifestations. L'équipe qui s'est penché sur le pLouvre E 32847 dont Bardinet en concluent que la majorité des graphies étudiées "appartiennent, sans discussion possible, à la deuxième colonne du volume II de la paléographie de Georg Möller 1784-1852 "correspondant à l'époque d'Amenhotep II "voir actualisation du tome 2 de Möller".

Tout a été très vite, l'Égypte est éternelle mais les hommes ne le sont pas, le papyrus venait à peine d'être terminé que nous voilà déjà 3500 ans plus tard, le jeudi 17 octobre 2019, il est 18h14, je suis masseur en Massage-Français, assis à mon bureau du 3 de la rue Tarbé dans le 17eme arrondissement de Paris et je commence un travail de rédaction à son sujet. Ca tombe bien, je n'ai pas de massés, je tente donc d'isoler la place du massage dans ce texte à partir d'un nouveau procédé d'imprimerie qu'on appelle le traitement de texte, excusez cette ekphrasis Information ouverte dans une nouvelle page mais il est tard, un siècle est peut-être déjà passé, je n'existe bien sûr plus, vous oui et c'est donc à vous qu'il incombe de poursuivre ce travail, c'est simple, à chaque siècle il doit être augmenté, précisé, rectifié.

 

La langue parlée était ce qu'on appelle du "néo-égyptien" ou tout simplement l'égyptien qui était alors en court sous la XVIIIe dynastie Information ouverte dans une nouvelle page (-1550/-1292) au tout début du Nouvel Empire. Le Moyen-empire (-2000 à  -1800 ) se termine en fait par une très longue période de transition qualifiée de 2e période intermédiaire qui amorce le Nouvel empire (-1550 à -1070 ) et pendant lequel les égyptiens chassèrent les Hyksôs Information ouverte dans une nouvelle page après cent-huit ans d'occupation. En démotique, leur nom s'écrit heka khasout et veut dire « chefs des pays étrangers », à savoir, d'Asie de l'ouest Information ouverte dans une nouvelle page, ils se constituaient de groupes pluriethniques, raison pour laquelle on parle aussi de chamito-sémitique Information ouverte dans une nouvelle page évolué.

 

L'écrit lui faisait coexister trois écritures côte-à-côte, les fameux hiéroglyphes figuratifs follement célèbres et visuellement mystérieux, qui peuvent être écrits de gauche à droite ou de droite à gauche (voire les deux et ce, dans le même texte) et parfois en colonne. C'étaient de véritables dessins d'autant plus difficiles à exécuter qu'ils étaient précis et dont le coût d'exécution dépendait de l'adresse et de la nature des matériaux supports. C'est la raison pour laquelle le procédé était davantage réservé au funéraire, au commémoratif mais pas du tout adapté au quotidien d'une administration de la taille d'un Etat comme l'Égypte.

Le hiéroglyphe linéaire Information ouverte dans une nouvelle page fut une simplification graphique par l'élaboration de lignes claires comme le montre le schéma ci-dessus que j'emprunte à l'ouvrage de Champollion de 1836. Il se retrouvera parfois représenté dans des tombes ou à l'intérieur de sarcophages comme celui de Djed-bast-inek-su Information ouverte dans une nouvelle page. Vers 660-640 avant notre ère.

Ce processus se poursuivit avec une troisième écriture de réserve, cursive, plus fluide encore appelée le hiératique exclusivement tracée de droite à gauche, comme l'arabe actuel. Même si certains hiéroglyphes furent déduits les caractères de cette écriture, c'est loin d'être le cas pour la majorité d'entre eux, il est le plus souvent impossible de reconnaître à partir de sa forme simplifiée un hiéroglyphe. Ce n'est pas pour rien si hiératique est entré dans le sens commun pour désigner le sacré qu'il porte d'ailleurs dans son étymologie (hieros, sacré, sacerdotal). Hiératique signifie sacré, immuable comme l'est le sacré et l'Égypte est immuable, porte de textes sacrés, de textes destinés à communiquer avec les dieux.

C'est également l'écriture la plus représentée sur les papyrus et le-nôtre n'y coupe pas. Donc, point de hiéroglyphes ici mais de l'égyptien ancien rédigé en hiératique sur les deux faces du document et encore, pas par la même personne.

Néanmoins, ce hiératique qui nous est parvenu sur le pLouvre E 32847 est difficile à déchiffrer et installe un réel inconfort de lecture, il était donc plus pertinent pour le docteur en sciences historiques et philologiques de l'École pratique des Hautes Études Thierry Bardinet, de nous les restituer au format hiéroglyphiques, ce sera à partir de son travail de traduction que je reprendrais tous ceux qui me sembleront pertinents dans cette masso-présentation.

 

C'est sans doute l'occasion de rappeler que la langue dans laquelle nous nous exprimons aujourd'hui est issue du grec et du latin qui n'existaient pas encore sous cette forme à cette période. La XVIIIe dynastie Information ouverte dans une nouvelle page (-1550/-1292) dont nous parlons correspondrait tout au plus à un grec archaïque contemporain du mycénien Information ouverte dans une nouvelle page attesté entre le XVIe siècle av. J.-C. au XIIe siècle av. J.-C.. Le latin, inexistant à cette époque, mort aujourd'hui n'émerge sous sa forme archaïque qu'au début du Ier siècle av. J.-C..

Donc, lorsque TH. Bardinet tente de décrire ce qui pourrait être le plus proche sémantiquement de ce qu'il constate en terme de correspondance gestuelle ou d'intention thérapeutique en employant le terme de massage apparu en 1771 en France, il fait bien sûr un anachronisme Information ouverte dans une nouvelle page comme d'ailleurs avec la plupart des mots utilisés pour passer de cette langue oubliée à la-nôtre. En linguistique, la seule loi universelle qui vaille formant d'ailleurs un syllogisme, c'est que pour être exacte dans une langue il faut parler et écrire dans cette langue, l'égyptien étant une langue, pour être exacte en égyptien il faut écrire en égyptien, seulement là il s'agit de se faire comprendre par un public français donc nous n'avons pas d'autre choix que d'écrire en français et d'accepter la perte textuelle correspondante.

 

 

Méthodologie : Les parties en rouges sur le rouleau sont souvent des formules d'introduction, restituées comme tel par TH. Bardinet donc je ne vois aucune raison pour m'en abstraire. Les incrustations que j'ajoute dans les hiéroglyphes sont entre ce genre de parenthèses [ ]. Dans la mesure du possible et selon l'importance de l'information, je tenterai de coloriser les signes associés au massage afin que vous puissiez les visualiser plus instantanément.

- La partie des textes que j'aurais mis en grisée ne concernent pas le massage et n'est restituée que pour garder à l'ensemble une cohérence tout en permettant de se reporter vers la partie qui nous concerne, ça facilite la lecture.

- Je tenterai également de définir une échelle tenant à la nature du massage en présence, de son degré d'intention [je l'expliciterai plus tard].

- Je partirai bien sûr de cette édition de Bardinet mais procèderai à mes propres déductions que je déroulerai à partir des masso-matériaux récoltés par le Département de masso-égyptologie du CFDRM, mes lectures et mes recherches.

- Dans l'ouvrage de Bardinet comme dans mon texte les hiéroglyphes qui manquaient ou n'étaient pas lisibles furent remplacés par carrés.

 

Aspect du papyrus

Après le Ebers Information ouverte dans une nouvelle page, le Louvre E 32847 est considéré comme le deuxième plus long papyrus médical au monde estimé à environ sept mètres et objet d'un trafic marchand qui l'a beaucoup endommagé, déchiré sans ménagement pour être hâtivement partagé entre pilleurs de tombes et commanditaires plus regardant sur la valeur nominale qu'archéologique, maintes fois revendu et donc maintes fois dispersé, manipulé par moultes propriétaires successifs, découpé en feuillets dont seules huit recto-verso peuvent enfin trouver un peu de répit au Musée du Louvre.

En effet, l'intégrité de ce papyrus n'a pas été restitué, le Louvre ne dispose que six feuillets qui constituent la partie haute de l'archive en présence et deux qui correspondent à la partie basse. Aujourd'hui, et même si l'on a potentiellement localisé d'autres fragments dans les collections d'autres institutions mondiales, toutes n'ont pas encore mobilisées les moyens du Louvre pour les nettoyer, les scaner et les mettre numériquement à la disposition de tous, à défaut qu'ils soient rassemblés dans un seul et unique rouleau. Les conditions successives de détentions n'ont certainement pas arrangé son aspect général comme a pu le constater l'équipe muséographique qui s'est penchée sur son état. Il appert Information ouverte dans une nouvelle page que le recto du document, à savoir la partie par où commence le texte et qui aurait du être enroulé vers l'intérieur le fut à l'extérieur.

Une des conséquences les plus directement imputable au pillage et à la multiplicité des commercialisations c'est qu'à l'éparpillement des objets funéraires et des archives papiers, s'ajoutent leurs découpes anarchiques. Un rouleau de papyrus se vendra bien plus cher à la feuille que dans son intégrité originelle même si pour cela il faut en passer par l'émiettement du support végétal fragilisé par ses innombrables manipulations anciennes et moderne, la lumière, les conditions d'entreposage, desséché par les millénaires, par son environnement sépulcral aboutissant à d'irrémédiables pertes scripturales.

C'est parce que l'on est passé du volumen Information ouverte dans une nouvelle page ancestral enroulé sur lui-même au codex Information ouverte dans une nouvelle page formé de pages plus simples à consulter au alentour du IIe siècle, qu'une main s'est cru autorisée à la découpe sauvage de ce document et de la plupart de ceux qui n'ont pas eu la chance d'être récupérés intactes par des musées. Tout cela est très variable d'un fond d'archives à l'autre mais, aujourd'hui encore, la plupart des rouleaux sont gardés intactes dans des conditions idéales de température, d'humidité et de pression. Richard-Alain JEAN nous rappelle que lorsqu'ils ont besoin d'être étudié, ils sont ré-humidifiés avec précaution puis très progressivement déroulés et plaqués entre deux supports en carton, traités contre les champignons, passés aux rayons gamma... Ce n'est qu'après ce lourd travail de préparations qu'ils peuvent se prêter à un examen minutieux, à la loupe, sous plusieurs longueurs d'ondes, photographiés, reconstitués physiquement ou textuellement puis traduit, soumis à un collège d'expert selon l'importance du texte.

Ce n'est guère que quand il y a une intention muséale d'exposition qu'ils sont placés entre deux plaques de verre (matériau neutre, non acide et protecteur), mais lorsqu'ils sont déroulés, ils sont laissés intègres dans leurs dimensions, on ne les découpent plus. C'est vrai que la feuille ainsi obtenue devenait visible au recto comme au verso, manipulable, fixée, à l'abri des émiettements, seulement, les procédés informatiques, photographiques, numériques ne nécessitent plus de manipulations ultérieures. Tout cela étant numérisé ça rend les grossissements aisés et ça permet de passer d'une longueur d'onde à une autre. Cela n'a plus rien à voir avec le matériel photographique dans un contexte funéraire d'un Charles Mathien lorsqu'il fixait sur plaques de verre ce qu'il pouvait saisir, entre autres des murs des scènes masso-compatibles du tombeau d'Ankhmahor Information ouverte dans une nouvelle page (Ânkh-ma-hor), un des tjaty (vizir ) du pharaon Téti qui régnait aux alentours de -2323 à -2291 avant J.-C. VIe dynastie . J'en parle dans L'intrigante histoire du Papyrus du web... UneEnquête avec Ingénieur de recherches à l'Université Paris-Sorbonne Paris IV, et l'ouvrage de Richard-Alain JEAN, 5/07/13. Dans le tome second de Une rue de tombeaux a Saqqarah, par Jean Capart (1877-1947) , Ed. Vromant & Cie. 1907 TDM Fiche techniqueon voit les conditions dans lesquelles ils ont travaillés et le résultat parfois déceptif.

 

A ce stade, il faut bien que vous compreniez que leur distribution ne fonctionne pas comme les pages d'un livre dont le recto comporte bien évidemment à son verso la suite, là c'est un rouleau. Par exemple, Le livre des tumeurs de Khonsou qui est un des cinq traités présents, est celui qui contient le plus de place dans le pLouvre E 32847, il commence à la moitié du recto et se termine à celle du verso, ce qui signifie que le texte écrit au revers de chaque feuille ne sera pas sa suite mais la continuité d'une autre partie de l'ouvrage, le début ou la fin d'un autre traité.

Dans toute cette misère de papier à l'origamie de ses absences et aux découpes peu orthodoxes on peut, peut-être, se risquer à relever un avantage, c'est que la section de chaque page qui se faisait à plat, certes, en-dessous des lignes de hiéroglyphes visibles l'était au détriment de celles qui se trouvaient derrière et qu'il était délicat de retourner. Ainsi, la séparation des caractères facilite les reconstitutions ultérieures. Quoi qu'il en soit, les papyrus ayant une valeur marchande, celui acquis par la suite par la France n'échappa pas à cette vente à la découpe. Le rouleau étant long, dès sa découverte il fut d'abord sommairement déchiré plus que découpé par le milieu (le Louvre, nous l'avons vu, n'en a qu'un côté et encore pas tout), puis les deux parties désormais séparées furent déroulées et débitées en feuilles pour être disséminées à qui voulaient les acheter.

 

 

L'aspect de la partie détenue par le Louvre est donc très dégradée, fragmentée, incomplète et ce n'est que par le truchement de procédés photographiques que Thierry Bardinet à pu établir les traductions qu'il partage avec nous dans Médecins et magiciens à la cour du pharaon. Une étude du papyrus médical Louvre E 32847, Ed. Khéops et musée du Louvre, Paris, TDM  Fiche technique. La retranscription qu'il nous propose n'est donc pas définitive, faite à partir de ce qui était immédiatement visible, déduite de ce que la technologie pourra préciser et pour être objectif, qualifiée par certains égyptologues, d'hâtive. L'auteur précise tout-de-même que les parties pas encore nettoyées ne sauraient remettre en cause la nature globale du texte ou son sens.

 

 

Nous n'avons pas seulement parlé d'un papyrus du temps d'Amenhotep II mais de la cour d'Amenhotep II ce qui signifie qu'il s'agit d'un registre médico-sacerdotal à l'attention des prêtres-médecins exerçant à la cour royale de ce souverain, ils officiaient donc au service des princes et de la famille régnante et au premier chef, à la protection du corps du roi. Les ennemis ne venaient pas que des tribus insoumises mais aussi des frontières même de la peau du pharaon qu'il fallait défendre par la conformation des rites et des offrandes et par la mobilisation d'une armée magique des prêtres-soignants acquis à sa cause et à celle des dieux.

L'avantage que nous avons à disposer ainsi d'un document écrit pour une élite dirigeante, c'est que les formules que nous récupérons n'en sont que nécessairement plus juste, attentivement rédigées, moins sensibles aux fautes, aux négligences et sans aucun doute scrupuleusement observées. Elles rassemblent des recettes antérieures que l'on retrouve dans d'autres papyrus, parfois ajustées aux découvertes de l'époque, modifiées à la marge lorsqu'on comparent l'évolution de deux textes quasi identiques sur deux périodes différentes. Les écrits humains ne pouvaient espérer survivre, sans, non seulement l'abnégation de ceux qui les écrivaient, _cela était encore trop court_, mais celle de ceux qui persistaient à les recopier inlassablement avant la délivrance, la rédemption, telle une vengeance sur l'oubli, l'imprimerie par la réplication, une guerre fabuleuse devait d'être gagnée, c'était la multitude qui devait nous sauver. Nous avons livrés une course de vitesse gigantomachique Information ouverte dans une nouvelle page durant des millénaires qui opposa les géants accoucheurs de la pensée céleste des hommes avec l'infinie courteur du temps de mémoire qu'on leurs avait octroyé. Mais là, je vous parle d'un temps où nous n'y étions pas encore, non, en ce temps là, nous parlions aux dieux et les dieux nous parlaient par la bouche du pharaon mais aussi par celle de leurs auxiliaires du culte. Si nous prenions soin des dieux, les dieux prendraient soin de nous, nous le peuple, à la main des prêtres.

 

Ici nous ne sommes pas en présence des quelques fragments d'un carnet de notes de médecine populaire aux préparations aléatoires ou désuètes qu'un médecin douteux aurait su récupérer auprès de scribes arrangeant capables de les réécrire, non, ce rouleau mesurait sept mètres de longueur, couvert de caractères serrés, méticuleusement tracés. Pour contrer les charlatans, nous le verrons, les médecins de l'époque étaient capables de modifier discrètement les posologies, de substituer volontairement un ingrédient par un autre moins efficace, d'introduire sciemment l'erreur afin de rendre la formule magique qui accompagnait son application inopérante, ou sans grand effet, il ne fallait pas laisser les dieux être convoqués par le mauvais interlocuteur, pour le mauvais diagnostique ou pour lutter contre un démon qui ne serait pas le bon, chaque dieu à ses opposés, ses ennemis narratifs. Les dieux ne nous écoutent pas, il ne font que nous entendre plus ou moins nettement, donc autant faire que l'échange soit fait par la bonne personne, un prêtre dûment assermenté serait idéal.

La médecine que nous observons est une médecine pré-hippocratique qui devait d'ailleurs largement inspirer mille an plus tard l'Ecole de Cnide au Ve siècle av. J.-C. elle-même encore dirigée par des prêtres médecins qui rendaient leur verdict dans des temples après avoir observé les signes divins et invoqués les entités concernées qui avaient d'ailleurs parfois, comme nous le constatons en Égypte, déjà eues personnellement maille à partir avec le mal car elles aussi, toutes divines soient-elles pouvaient avoir subi des attaques épiques, d'ailleurs rappelée dans certaines formules.

Vous devez bien retenir que nous ne sommes pas sur une médecine du "diagnostique" mais sur une médecine résolument magique pour laquelle la maladie est une attaque démoniaque dont la virulence ne dépend que du ou des démons que le médecin doit savoir repousser. De la même manière, la contagion n'existe pas, seule la vengeance du malin chassé avec succès d'un corps agressé sans ménagement pouvait vouloir s'en prendre au médecin à proximité ou à une population lors d'épidémie... Nous sommes sur un polythéisme actif où les dieux s'affrontent entre eux mais aussi en s'en prenant aux hommes, parfois ils montent au front personnellement, sinon ils y envoient leurs sbires. Et pas la peine de leur dire "tu ne vas pas en faire une maladie !" puisque c'est justement pour ça qu'ils sont là, atrabilaires et inventifs, la maladie est la rancune des dieux, la guérison, le fruit de leur pardon, la mort, que tout n'est pas complètement oublié et que, par là où le défunt doit à présent passer, seul Anubis Information ouverte dans une nouvelle page saura lui désigner l'éternité qui lui revint, si il oubli ou s'il se rappelle, « s'il oubli, on se rappellera de vous, mais s'il se rappelle, c'est vous qui serez oublié. » L'enfer n'a pas de mémoire, c'est ce qui le rend incertain.

Les maladies deviennent d'ailleurs un enjeu agonistique qui se poursuit sur le champ de bataille corporel, chaque malade est une guerre inlassable que se livrent les démons. Nonobstant, la maladie en temps que telle n'existe pas dans la médecine égyptienne, ce ne sont des myriades d'émissaires agissant pour le compte de. Les égyptiens de cette époque ne nommaient pas les maladies comme le feront plus tard les grecs mais regroupent un ensemble de signes en fonction des lésions observables en les rassemblant dans un ordre descendant allant de la « tête au talon » pour tenter d'en chasser le démon.

Il ne faut pas non plus la voir comme tout un arsenal, une armurerie au service de quelqu'un, c'est le démon ou le dieu poliorcète Information ouverte dans une nouvelle page lui-même agissant, et il n'est pas immatériel, il est physiquement dans le corps qu'il épuise par son siège. L'incantation associée à la médication et au savoir-faire du médecin ne sont que des renforts momentanément mobilisés pour faire face à l'inconfort obsidional Information ouverte dans une nouvelle page qui cerne la victime, la terrasse.

Et là je ne parle que des maladies, car l'état de bonne santé est tout autant l'objet d'équilibres mystiques extérieurs qui se répandent dans le coeur et se propagent à l'ensemble du corps.

 

Les posologies sont rarement appliquées sans qu'une incantation ne soit récitée et, au regard de la typologie des maladies qu'elles étaient sensées combattre et de leur description, elles correspondent à celles d'une population âgée, bien nourrit, palaciale, faite de notables qui avaient les moyens de vivre vieux, ce qui n'est pas pour déplaire à notre présence dans ce texte qui fait la part belle au toucher, à des manipulations de tout genre. En effet, le réel pathologique décrit et qu'il nous est parfois possible d'identifier au vu des signes cliniques indiqués, était souvent celui rencontré en gériatrie, en rhumatologie et pour lequel le massage, les frictions, étaient le moins pire des maux et la plus douce des méthodes. Il suffisait d'enduire, de frotter pour faire pénétrer la formulation.

Khonsou Information ouverte dans une nouvelle page,le dieu lune est impitoyable, Seth Information ouverte dans une nouvelle page, Thot Information ouverte dans une nouvelle page le sont tout autant même si certaines de leurs attaques restent bénignes ou tournent court à cause du traitement quand elles ne viennent pas des dieux positifs eux-mêmes qui s'agacent de la désinvolture de certains comportements, des cynismes humains que le doute rattrape,  incrédules a divinis Information ouverte dans une nouvelle page. La santé ne dure pas, à un moment ou à un autre les démons entreront, vaincront, ce qui ne signifie nullement que le rôle du prêtre-médecin s'arrêtait là, même mort le mal continuait son travail de sape capable de vous faire rater la vie éternelle. Il fallait donc continuer à soigner le défunt par des incantations, des préparations à base de plantes (dont des huiles de graines), des décoctions animales (dont des graisses), qu'il s'agissait (d'appliquer = massage), de faire (pénétrer = massage), sous forme de (baumes = massage) dont on (enduisait = massage) le corps, amorçant ainsi une étonnante et jamais exploitée place du massage des morts dans l'Égypte ancienne, si l'on s'en tient aux manipulations opérées sur le corps que nous étudierons mais pas dans ce papier même si nous l'aborderons.

 

 

 

Comme je l'ai déjà dit, je reste profondément tributaire des travaux de traduction de l'égyptologie moderne seule habilitée à nous restituer les textes au plus juste de ce qu'ils pourraient donnés traduits en français. Si mon initiative pourra toujours être postérieurement considérées comme probablement critiquables, enfantine et mineure, elle n'en restera pas moins la seule à s'être risquée à l'épreuve égyptienne en langue française, mais à ces désordres, je n'ai pas souhaité y ajouter l'inconstance des sources contestables que le temps pourrait juger impropres. Ceci étant dit, quelle que soit la pertinence des auteurs que j'aurai laborieusement décortiqué, il ne me sera pas possible d'avoir un réel avis critique sur leurs traductions et les mots qu'ils ont eux-mêmes associés directement ou indirectement au massage sont ceux dont je m'empare tels qu'ils sont mentionnés dans leurs ouvrages de références. Seulement, aussi mentalement éloignés que puissent être un cadrat commeavec pour code Gardiner W24 pour le pot constituant un bilitère tranlitéré : nw (nous) et dont la signification est pot, vase, mesure, tributs, bière, liquides, boisson, ivresse, oindre etc, et le pluriel du bas code Z2, aussi mentalement éloignés disais-je que puissent être ce hiéroglyphe avec le français « masser » il n'en correspond pas moins intuitivement à des gestuelles basales impliquant la main humaine et son emploie dans un masso-ductus qu'il est aisé de restituer.

Douter de l'utilisation du massage en Égypte reviendrait à douter que les égyptiens aient pu avoir dix doigts, son absence constituerait même un non-sens anthropologique. La raison de cette initiative apodictique CNRTL dédiée à l'Égypte n'est ainsi pas de se demander s'il y à bien été pratiqué mais d'en apporter les éléments de preuves concrètes, d'en faire la synthèse, d'en améliorer la pixellisation et de m'en faire l'abréviateur CNRTL.

Je ne pourrais malheureusement pas vous restituer les quatre vingt dix entrées masso-compatibles que j'ai pu patiemment listées pour des questions de volumes, de droit d'auteur ou parce que certaines sont a signaux faibles, réduites à l'utilisation de termes comme onguent, onction, mais sur des préparations médicamenteuses qui peuvent prendre l'aspect d'emplâtre réduisant le champs d'action du massage tel qu'entendu, à savoir une succession de manoeuvres impliquant un toucher glissant, manipulant, imprimant, entre intentions thérapeutiques et diversité des pressions distales. La petite gymnastique mentale qu'il nous faut savoir opérer à chaque instant, c'est d'accepter cet élargissement de principe partant d'une définition stricto sensu en massage _bien que souvent flou_ à une ventilation plus lato sensu augmentant ses opérandes. C'est ce passage entre masso-catégorèmes connus à des détections beaucoup plus fines, des adjonctions masso-syncatégorématique plus inhabituelles non pas tant en massage, mais dans l'association frontale que l'on peut en faire en les convoquant, soit en partant de lui pour aller vers des pratiques plus hypercodées, soit en partant de ces néo-marqueurs pour aller vers lui, qui amènera à une catégorisation plus large de ses sous-jacents. C'est un peut comme un arbre de Porphyre sur lequel nous alternons des masso-summum genus à des infima species particulaires et jugées subalternes, inutiles au massage.

 

Ce chapitre sera probablement amené à être sensiblement augmenté au court de mes recherches futures et peut-être même déplacé ou requalifié en essai tant il serait intéressant d'y rassembler les différents emplois et types d'huiles ou de graisses en court dans ce pays même si là, nous allons nous centrer sur le règne d'Amenhotep II ou plus courtement, celles citées dans le papyrus Louvre E 32847. Peut-être rappeler que l'huile est un corps gras liquide alors que la graisse se caractérise par son aspect solide à température ambiante un point de fusion Information ouverte dans une nouvelle page supérieur à 45 °C.

A la toute fin du chapitre dédié à - Langue parlée & écrite à l'époque d'Amenhotep II j'abordais rapidement la question de l'immanquable anachronisme Information ouverte dans une nouvelle page qui se formait lorsque l'on tentait de faire passer d'une langue ancienne et largement oubliée aujourd'hui à celle dans laquelle nous communiquons, des pratiques qui existaient dans les deux cultures, mais qui ne s'exprimés pas avec les mêmes mots. Je soulignait la nécessité de remettre en perspective l'utilisation du mot massage en français qui apparaît au troisième tiers du XVIIIe siècle ap. J.-C. pour illustrer un texte égyptien remontant seizième siècles av. notre ère, et bien, lorsque nous traitons de la question des huiles, il en va de même. Le terme est issu du latin oleum ou elaía en grec qui désignent tous les deux (« l'huile d'olive »), seulement, si sur les territoires occupés par l'Égypte d'alors, des oléastres poussaient, c'est-à-dire des oliviers sauvages non taillés mais comestibles, ils ne le cultivaient pas et n'en utilisaient guère le fruit.

Donc vous pouvez observer que l'ensemble des termes qui découlent de l'étymologie latine d'oleum comme oléeux, oléation, oléagineux etc. renvoient toutes à un olivier que les égyptiens snobaient allègrement. Alors bien sur vous pouvez toujours me dire à raison que ces termes sont valablement utilisés pour désigner toutes sortes d'huiles et que plus personne ne sait que cela renvoie à celle d'olive, mais là nous l'employons pour couvrir l'époque d'Amenhotep II où le latin n'existait pas à l'instar du grec, en tout cas sous cette forme. La XVIIIe dynastie Information ouverte dans une nouvelle page (-1550/-1292) correspondait tout au plus à un grec archaïque contemporain du mycénien Information ouverte dans une nouvelle page entre le XVIe siècle av. J.-C. au XIIe siècle av. J.-C.. Ainsi, lorsque TH. Bardinet tente de décrire ce qui pourrait être le plus proche sémantiquement de ce qu'il constate en employant le terme de massage apparu en 1771 en France il fait bien sûr un anachronisme comme d'ailleurs avec la plupart des mots utilisés, ce n'est pas du tout un problème mais il faut garder cela dans un coin de sa tête.

 

Là aussi nous aurons l'occasion d'alimenter ce passage au court de sa rédaction afin de lister l'ensemble des graisses, des huiles mais aussi des cires entrant dans des préparations impliquant le massage, mais déjà de façon plus générale ce que l'on peut en dire sous l'égide de Jean-Pierre Brun, Professeur au Collège de France, titulaire de la chaire Techniques et économies de la Méditerranée antique, _qui avait d'ailleurs fait une série de podcasts diffusés sur France Culture le 07/02/2018, Technique et économie de l'huile d'olive dans la Méditerranée antique_, c'est que les huiles les plus souvent utilisées étaient plutôt d'origine végétale. Il cite l'huile de ricin, de sésame, de lin, de radis (extrêmement fréquente à Alexandrie), (pas d'huile d'olive) mais aussi des graisses animales non humaines de toutes sortes et dont la qualité, nous précise Richard-Alain JEAN, est parfois clairement indiquées dans les textes (fine, surfine, parfumée...). En hiéroglyphes nous ne les distinguerons qu'en déterminant le contexte de la phrase ou par le déterminatif employé.

 Par exemple, dès la page 49 Fiche techniquede l'ouvrage de Th. Bardinet, nous avons mention de l'huile de ben que nous croiserons souvent dans un emploi entretenant bien sûr une certaine masso-proximité. Une ligne hiéroglyphique de son livre comportant de nombreuses parties manquantes évoque cette huile de ben correspondant botaniquement au Moringa oleifera Information ouverte dans une nouvelle page actuel. Il s'agit d'une plante de la famille des légumineuses que j'ai d'ailleurs retrouvé ce matin au rayon petit déjeuner bio dans une grande surface. Les égyptiens la nommaient baq ou baqet (il faudrait vérifier l'orthographe), elle est indigène au Soudan, dans le désert oriental d'Égypte.

 

 

Je vais ainsi procéder livret par livret pour vous faire une masso-synthèse tout en se souvenant que nous ne traiterons ici que la partie papyrus Louvre E 32847 dont on dispose déduite des éléments manquants et des morceaux détenus par d'autres propriétaires. Il débute par un recto présentant déjà une perte de texte sur ce premier des cinq traités le constituant et, nous le verrons plus loin mais, c'est ce Recueil de médications pour la cour royale Fiche techniquep. 43, qui abordera le massage à la p. 72, après traduction du verbe masser, dans - Patients présentant des dermatoses p.71, et massant p. 82 (2/2) (dans le texte).

 

La première masso-dynamique que nous avons établit dans ce chapitre et tel que traduit p. 49 par le philologue Thierry Bardinet établit un massage de l'anus déductif, il fait partie de la section Patients souffrant de douleurs au bas-ventre Fiche technique:

« Autre (médication) : Rx+1.7 salive (litt. eau) avec larmes et graisse. Ce sera mangé par l'homme [comprenez, le patient/la patiente] et on placera de la graisse <sur> une compresse sur son anus et dans l'anus d'une telle (née) d'une telle, selon ce qu'à préconisé Horus Information ouverte dans une nouvelle page. »

Ce passage est l'illustration typique des modèles à larges spectres sous-jacents auxquels l'égyptologie nous confronte avec, au premier abord, des suppositio impropria aux amenées parfois sensiblement dégradées mais dont l'observation attentive des apports successifs nous révèlent une réelle compatibilité combinatoire avec le massage. Par exemple ici, "une compresse" pourrait tout-à-fait faire partie de ces masso-syncatégorèmes à faible signal dont nous parlions plus haut, sa filiation spontanée avec le massage est ténue jusqu'à ce que la suite vienne préciser, "on placera de la graisse <sur> une compresse..." (graisse dont nous retiendrons l'emploi lubrifiant pour laquelle elle est utilisée et la gestuelle de propagation), puis vient ensuite la localisation anatomique "...sur son anus et dans l'anus". La juxtaposition de ces associations devient un aequalitas numerosa aequalitas ou autrement dit, une correspondance décisive avec le modèle typant que nous étudions.

La question mérite d'être posée, faut-il clairement laisser de côté l'application de cette compresse dès lors qu'elle se voit complétée par sa préparation médicamenteuse et par les masso-diapositives qui se succèdent ici ? Son application aura probablement donné lieu à de légers mouvements de bascules dans la raie ou circulaires jusqu'à l'intérieur de la perforation anale destinées à imprégner la peau de sa protection. Il semble pourtant bien que l'expression de la charpie utilisée dans cette séquence contient bien les éléments constitutifs d'un massage par destination ne serait-ce qu'au regard des frottements textile/tégument facilités par le corps gras, par l'enfoncement, par une pénétration répétée visant à imprégner la peau de son onguent.


Fig. 1 ci-dessus, traduction du hiératique au hiéroglyphique par Th. Bardinet, reconstitution, Alain Cabello-Monsier.
Formule
JSesh correspondante : $r-V31A:X1-$b-D21-Z1-N35A-D2-Z1-D9-D4:Z2-D2-Z1-U7:D21-V28-X1-W24:Z2-Z11-G17-A2-M17-N35-O34:A1-Z1-V28-N35:D36-!
D21:D36-X1-U7:D21-V28-X1-W24:Z2-+l<+s-D2-Z1-+l>+s-I9:X1-X1-Z7-F37-D2-Z1-F22-M17-M17-X1:F51-I9-G17-F22-!
M17-M17-X1:F51-Y5:N35-X1:Y1-Aa1:D21-G5-G7

 

 

Le registre hiéroglyphique suivant prête à interrogation sur la nature des mouvements nécessaires pour constituer cette "Médication pour une femme [...] Rx+2.1 huile de ben fraîche qui sera placée à l'intérieur du vagin et lui faire mâcher des baies de genévrier-macrocarpa Rx+2.2  et des rhizomes de papyrus ; et on t'aura fourni une statuette en argile crue qui aura été malaxée avec des rhizomes de papyrus. Sera placé sur sa tête [celle de la statuette] Rx+2.3 un bandage de lin fin trempé dans de la gomme douce et ce sera placé à l'intérieur de son vagin [je suppose qu'il s'agit de ce petit bandage], jusqu'à sa guérison."

Fig. 2 ci-dessus, traduction du hiératique au hiéroglyphique par Th. Bardinet, reconstitution, Alain Cabello-Monsier.
Formule JSesh correspondante : F46**D21{{13,816,72}}**X1{{758,798,87}}-N33:Z2-N35:X1-X1{{591,739,88}}**O34**B1{{6,172,79}}-X1{{0,791,100}}**N41{{288,0,100}}**Z5{{453,491,82}}-[[-//-//-//-//-//-]]-D58-G29-G1-!
+lRx\+2.1+s-N29-M1-M13{{297,2,95}}**I10\95-Y1-D21:D36-M17-M17-D21-E3:N35-W24-Z7-O1-X1{{0,749,100}}**F51{{491,671,100}}**D28{{103,0,79}}-S29-V28-N35:D36-D21:D36-Z7-O39:D36-!
F18-A2-S29-O1-D21:X1-N33:Z2-D3**N33{{55,760,66}}**Z2{{311,618,72}}-D2-Z1-Y5:N35-M17-M17-X1:D56-M2-M15-V28-Z4-M2-Z1-+lRx\+2.2+s-V28-N35:D36-!
D21:D36-X1-N35:V31A-X1**Z7{{120,281,100}}**X1{{38,728,100}}-A53-N35-S29-K1:N35-Aa2:Z2-M13{{297,2,95}}**I10\95-Y1-Aa27-W24-A24-D2-Z1-Y5:N35-M17-M17-X1:D56-M2-M15-V28-!
Z4-M2-Z1-D21:D36-M17-M17-D2-Z1-D1-Z1-S29-Z7{{654,538,100}}**Q3{{11,546,100}}**R5-+lRx\+2.3+s-Y5**Z1{{345,276,100}}**Ff301{{487,299,79}}-N35-N29{{0,530,100}}**X1{{

536,753,100}}**Q3{{327,0,108}}-Z5-Z3-Aa1:X1-D58-Z7-A24-G17-N29-W19-M17-!
X1-N33:Z2-M29-G17-X1:Y1-D21:D36-M17-M17-D21-E3:N35-W24-Z7-O1-X1{{0,749,100}}**F51{{491,671,100}}**D28{{103,0,79}}-S29-Z4:D21-S29-N35:D58-X1:Y1-[&-S29-&] 
 

Ici, le plan proposé met en action une huile de ben fraîche qui sera placée à l'intérieur du vagin dont on peut déduire soit un scénario statique consistant juste à y faire couler, comme dans un bol, l'oléagineux, soit de dégager un masso-schéma plus dynamique avec une possible utilisation des doigts même si ce n'est pas spécifié. Voir ce massage impliquant le sexe d'une femme atteinte d'matométrie, dans Un massage obstétrical en Égypte par Alain Cabello-Mosnier, 14/11/2017 écrit à partir des travaux de La mère, l'enfant et le lait en Égypte ancienne, par Richard-Alain Jean et Anne-Marie Loyrette, Ed. L'Harmattan 2010 TDM Fiche technique.

Il s'agira nous dit-on ensuite de malaxer (et donc de manipuler avec ses doigts) des rhizomes de papyrus et de l'argile pour en faire une statuette dont le bandage de lin ayant ceint la tête sera ensuite introduit dans l'orifice vaginal humecté de gomme.

Lorsque vous vous impliquez dans une étude de texte, il est difficile, à défaut de lister l'ensemble des mots associés à votre histoire professionnelle, de ne pas relever au moins ceux que vous croisez et ce, même lorsqu'ils sont utilisés dans un sens différant car ils n'en conservent pas moins le sens premier de leur étymologie et toute l'adn de la chronologie de leur emploi. Malaxer du latin malaxare (« amollir »). Il s'agit donc d'un terme de pharmacie que le Centre National de Ressources Textuelles et Lexicales (CNRTL ) fait remonter à 1495 mais qui finira par être associé au massage en 1845 « masser » avec Bescherelle citant Julien-Joseph Virey [? 1847].

Chercher à rendre mou une préparation par un pétrissage afin d'en modifier la texture post mélange aidera à lui donner un aspect plus malléable, homogène ce qui implique d'autant plus extemporanément le massage que la manipulation, ici phamaceutique, passe du pilon columnaire , figé, raide, aux doigts erratiques , phalangés, agiles. La manipulation se fait doigt, la préparation se fait peau. C'est le doigt qui s'empare de la matière pour la mélanger, la rendre souple et c'est encore le doigt qui transmet à la peau sa dynamique afin de l'atteindre en interne, de communiquer avec elle par en haut, par la pression et par la préparation messagère.

Le pilon se fait doigt, la préparation se fait argile-peau et c'est de ces deux là qu'émerge une statuette minérale née de la malaxation. Sa naissance évoque un mème divin (créateur des Hommes par l'argile) qui glisse vers une création figurative toute aussi démiurgique par malaxage, modelage avec tout ce que peut impliquer la symbolique rhizomique, de liens souterrains qui s'ajoutent au mélange. Donc ici nous avons deux niveaux de massage dans ce registre égyptien, un infra niveau qui nous fait passer de pierre à personne, de la minéralité à l'individualité et un second que l'on pourrait isoler à sa seule séquence de passage gélif et d'introduction ce qui serait déjà suffisant pour en faire une gestuelle masso-compatible conséquente même si l'on ne précise pas s'il doit se répéter en va-et-vient et donc en massage plus entendu comme tel. Et ces amenés déductifs ont déjà effectué, en tout cas pour un certain nombres d'entre-eux, par des égyptologues comme Richard-Alain Jean, Thierry Bardinet ou Jean Capart.

Cette figurine somme toute assez phallique, ceinte d'un bandage de lin fin trempé dans de la gomme douce [...] sera placé à l'intérieur de son vagin. Il semble que ce soit là une sorte de pessaire mais, placé étant au masculin, je suppose qu'il s'agit de glisser dans la matrice le-dit bandage oint d'huile de lin.

 

Parmi les vocables masso-compatibles quasi genésiques, nous considèrerons que le principe d'application est une des résultantes fondatrice du massage qui peut s'opérer sans l'application d'une technique et/ou l'application d'un produit que la main propage par le mouvement et par diverses pressions qu'accentuent la répétition des passes. Bien-sûr, le rendu peut présenter un aspect parfois très incertain, diaphane, au regard de ce que l'on peut attendre d'un massage d'Épinal appuyé, mouvementé, pinçant, mais tous passe par elle. Toujours page 55 d'ailleurs elle intervient lors d'une lésions traumatiques de la face avec "application" d'un masque sur la partie blessée : "Rx+3.1 épautre-mymy ; eau de gomme ; cire. Cuire, [ajouter des] raisins, et enduire l'endroit où se trouve l'os."

L'onction en présence doit avoir davantage valeur d'emplâtre, de recouvrement de préparation et il est difficile de savoir dans quelle mesure l'intention est de faire pénétrer cette solution dans la peau afin d'atteindre la partie malade ou si c'est juste une apposition, du latin appositio « action d'ajouter », mais d'ajouter par le doigts ou la main... A la page suivante nous ne disposons que d'un seul registre qui ne se constitue que comme une variante de la précédente préparation pour le même mal « Autre (médication) : ver-pqrw cuit à la graisse d'oie. Oindre avec. »


Fig. 3 ci-dessus, traduction du hiératique au hiéroglyphique par Th. Bardinet, reconstitution, Alain Cabello-Monsier.

Formule JSesh correspondante : $r-V31A:X1-$b-I14:Z1-Q7-U7:D21-V28-W24:Z2-O34:X1-G39-Z1-Aa13:O34-V28-W24:D40-M17-G17

Ici nous avons= oindre avec la côte animale Aa15 et le verrou O34. Ici il faudrait voir ce qui confine au massage, si c'est la côte et le verrou ou le pot et le bras.

L'onction proposée passe ici met en scène un massage à base de vers

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ce que les spécialistes ont su déterminer c'est que le pLouvre E 32847 n'est pas un ouvrage de collection rédigé pour l'apparat ou pour la bibliothèque de quelques érudits en milieu aulique, son état et la précision de ses recettes pratiques indiquent une utilisation régulière destinée à être consultée et que le fut.

 

 

Massage, onction, friction, enduire constituent ce qu'on appelle en philologie une unité de relation, un contexte de sens et de valeur allant vers un résulta interactionnel.

 Aulique

 

 

 

 

 

 

 

 Nous l'avons vu, il n'y a pas de maladie en Égypte ancienne, il n'y a que l'expression de la présence physique d'un démon dont les dégâts étaient visibles.

 

 Le Livre IV Instruction pour l'embaumement des grands personnages de la cour royale Fiche techniquemontre que c'est un papyrus pour les notables.

 

 

Une aparté masso-thanato-morbide

 

(UNE APARTÉ MASSO-THANATO-MORBIDE)

La lecture de ce paragraphe n'est pas utile à la compréhension de l'ensemble que je viens de rédiger mais entre dans le cadre d'un autre travail beaucoup plus vaste qui consisterait à répertorier le principe de pulsion de mort dans le massage et dans ses textes. J'ouvre donc cette parenthèse symptomale pour y rassembler tous les matériaux qui pourraient me permettre de constituer un corpus dédié déjà en cours afin de disposer des connections utiles lorsqu'il s'agira de les exploiter.

Aparté dans l'addendum Information ouverte dans une nouvelle page, cette scène ci-dessous, qu'on le veuille ou non est un massage et un massage de mort dès lors que l'on accepte un instant de considérer le toucher comme un proto-massage, à savoir un massage en construction. Ce n'est pas le sujet mais j'en profite pour installer ici une incise afin appelant à collationner l'ensemble des textes liés à l'embaumement, à la manipulation des cadavres pour mieux le revisiter à travers un masso-prisme thanatique en Égypte.

Comme vous le savez sûrement c'est Freud Information ouverte dans une nouvelle page en 1920 qui, à la suite de la mort de « sa chère éblouissante Sophie », introduira dans Au-delà du principe de plaisir (et donc d'Éros Information ouverte dans une nouvelle page), cette fameuse notion de pulsion de mort ou de Thanatos Information ouverte dans une nouvelle page, répondant à une constituante du mental humain dans la psychanalyse freudienne.

Dès la formation du CFDRM de Paris en 2008 j'avais établi un département qui s'intitulait de façon assez scolaire Le massage et la mort et qui reste par trop primitif mais il amorçait cette jonction nécessaire entre massage et mort. Je crois que ce doit être dans Massages thanato-morbides dans la carte-postale caricaturale, par A Cabello 3/08/2013, que j'ai du former pour la première fois cette nomenclature plus adaptée permettant la nuance en commentant l'item "massage thanato-morbide" comme un sous-ensemble générique défectif, une famille qui serait amenée à désigner une configuration de massage impliquant une division antithétique des paradigmes de convergences. En effet, le massage rime par habitude avec les plus nobles attributs que sont relaxation, bien-être, mais l'on rechigne à en descendre les degrés jusqu'aux spécularités de l'infâme inversion et imaginer qu'il puisse, à quelques moments que ce soit, avoir un quelconque lien avec ce qui constituerait sa négation morbide au sens figuré. Par exemple, l'Empereur, Commode Information ouverte dans une nouvelle page se fit probablement masser à de nombreuses reprises par ce même masseur qu'il devait beaucoup apprécier mais qui deviendra pourtant son étrangleur si l'on en croit L'Empire romain de 192 à 325, par Christian Bonnet, Bertrand Lançon, Ed. Ophrys 1998 TDM Fiche technique page 55, et de fait, cet étranglement est un massage à l'envers, un massage thanato-morbide, c'est-à-dire que les marqueurs du sensible généralement utilisés pour faire du bien sont ici sciemment détournés pour faire mal, pour tuer. Ainsi, comme l'on parle de nombres entiers positifs Information ouverte dans une nouvelle page et négatifs Information ouverte dans une nouvelle page il y a des massages positifs et négatifs par lesquels nous trouvons le point de bascule, une transverbération Information ouverte dans une nouvelle page de ligne qu'il s'agirait d'étudier. Ne pensez pas que j'exagère puisque c'est bien d'un "massage du cou" dont parle Althusser lorsqu'il parle de étranglement sa compagne Hélène Rytmann dans L'Avenir dure longtemps - suivit de Les Faits - Autobiographies Ed. Stock 2007 TDM Fiche technique.

Fuzzy concept ou concept flou, un sous-ensemble du massage thanato-morbide tel que je le définis

C'est un concept anglo-Saxons qu'on utilise en linguistique pour expliquer que si par exemple deux espèces possèdent des caractères taxinomiques Information ouverte dans une nouvelle page en commun tels que la poule et l'aigle qui sont des oiseaux, et bien dans l'arbitrage que chacun fait au gré des valeurs établies comme la force symbolique incarnée, la capacité à être conforme avec notre perception, la poule paraîtra toujours moins oiseau que l'aigle, le lézard, moins reptilien que le serpent.

En langage masso-conversif cela donnerait que si vous pouvez tout à fait admettre que le massage peut être à la fois ce processus de détente que nous connaissons tous et une gestuelle réflexe telle que se frotter la jambe lorsqu'on se cogne ou même encore être dégradé jusqu'à considérer que caresser le front d'un mourant que l'on rassure en serait une forme, et bien quoi qu'on fasse, le sens premier de massage en tant que moment de prédilection sera toujours plus légitimé par cette désignation principale compri

 

 

Rapide synthèse

La place du massage dans le bassin nilotique Information ouverte dans une nouvelle page d'alors propose ainsi toute une combinatoire de sens qui impliquerait une analyse ex post « après les faits » du fait massant que nous pourrions déconstruire comme suit :

  1. sur ce papyrus médical de SMITH Information ouverte dans une nouvelle page, si nous disposons de ce témoignage irréfutable de massage médical en Égypte, il n'en reste pas moins difficile, pour ne pas dire impossible de le dater avec précision puisque des ajouts, des reprises de textes datant de diverses époques s'y succèdent.
  2. notre gap est entre la XVIIe dynastie égyptienne Information ouverte dans une nouvelle page (1600 av. notre ère.) et la VIe dynastie Information ouverte dans une nouvelle page (env. 2350-2200 av. notre ère) voire même à l'Ancien Empire - soit environ 2700 à 2200 av. notre ère.
  3. le passage étudié présente deux sortes de massages circonscrits et impliquant le sexe d'une femme atteinte d'matométrie, l'un à base de graisse dans laquelle aura macéré une oreille de hyène et l'autre, un massage symbolique par destination convoquant une fumée constituant un massage médical mais aussi ce que notre nomenclature interne appelle un "massage thanato-morbide et réverso-thanatique".
  4. Postérieurement : deux autres entrées présentant des scènes ou des suspicions de scènes de massages ont été répertoriées en Égypte par le CFDRM de Paris :
    – une
    provenant du tombeau (ou mastaba Information ouverte dans une nouvelle page) d’Ankhmahor Information ouverte dans une nouvelle page, un des vizirs (en fait un tjaty) du pharaon Téti qui régnait de -2323 à -2291 avant notre ère de la VIe dynastie à Saqqarah , L'intrigante histoire du papyrus du web... par Alain Cabello-Mosnier 2013
    et enfin une autre masso-entrée avec ce "Tombeau des deux frères", avec le mastaba de Niankhkhnoum et Khnoumhotep sous le règne du roi Niousserre , 6ème roi de la Vème dynastie (-2460-2430) av. notre ère , Les superviseurs des manucures du palais par Alain Cabello-Mosnier 2013

 

En résumé

Ici il s'agira de restituer un aperçu vulgarisé déduit des hiéroglyphes.

 

Conclusion

 

 

Remerciements

 

 

 

 

Sources

tous les emprunts, textes et images issus du travail de Thierry Bardinet Médecins et magiciens à la cour du pharaon. Une étude du papyrus médical Louvre E 32847, Ed. Khéops et musée du Louvre, Paris, TDM  Fiche technique.

pEbers.

_ L'intrigante histoire du Papyrus du web... UneEnquête avec Ingénieur de recherches à l'Université Paris-Sorbonne Paris IV, et l'ouvrage de Richard-Alain JEAN, 5/07/13

_ Une rue de tombeaux a Saqqarah, par Jean Capart (1877-1947) , Ed. Vromant & Cie. 1907 TDM Fiche techniquetome second

_ La mère, l'enfant et le lait en Égypte ancienne, par Richard-Alain Jean et Anne-Marie Loyrette, Éd. L'harmattan 2010 TDM Fiche technique
Un massage obstétrical en Égypte, par Alain Cabello-Mosnier, 14/11/2017

 

À propos des instruments médico-chirurgicaux métalliques égyptiens conservés au musée du Louvre, par R.-A. JEAN, Éd. Cybele, Paris, 2012 TDM Fiche technique

 

 .

Sites & blog

Profil facebook de : Richard-Alain JEAN https://www.facebook.com/medecine.egyptienne
Son blog :
Histoire de la médecine en Egypte ancienne
CFDRM de Paris : Observatoire des massages
https://www.facebook.com/CFDRM
Sites web :

CFDRM de Paris : http://www.cfdrm.fr/
Cabello Alain http://www.cfdrm.fr/CV_Cabello_Alain.htm

Alain Cabello Mosnier
mardi 10 juillet 2018

p.152 "En l'Egypte ancienne, aucune fonction n'est neutre et toute proposition médicale se colore d'une aura magicienne transformant le moindre acte médical savalteur en intervention divine et particulière rappelant l'histoire mythologique à laquelle elle se rattache directement."