CFDRM > Livres de la bibliothèque du CFDRM Livres de la bibliothèque > Tous les livres du XXIe siècle > fiche technique
Date de création : mercredi 20 février 2019, 9:27 - dernière modification : mardi 19 mars 2019, 22:18 suivit de lecture : 57

Livre ouvert à l'emprunt

TITRE : Est à votre disposition Médecins et magiciens à la cour du pharaon. Une étude du papyrus médical Louvre E 32847.

AUTEUR : Thierry Bardinet, docteur en sciences historiques et philologiques de l'École pratique des Hautes Études. Il est l'auteur de nombreux ouvrages et articles sur la médecine et la botanique de l'Égypte ancienne.

– Les nouvelles technologies de lectures et de détection moléculaires de l'emplacement des encres pourront probablement amener plus d'information sur ce texte mais l'auteur dit page 53 bien qu'il a travaillé sur photographies et que le texte était encore en cours de nettoyage.

.

COÉDITEUR : Khéops et musée du Louvre.

Date d'édition : 2018.

Réédition :

Lieu d'impression : Paris, France.

LANGUE : français.

FORMAT : 1 volume complet, 24 x 2,5 x 16,03 de 480 pages.

ISBN 10 : 291614210X.

ISBN 13 : 978-2916142104.

Droits : réservés.

Crédit photographique : réservé.

Identifiant : http://www.cfdrm.fr

Numéro d'archives :

RELIURE : cartonnée souple.

ILLUSTRATIONS : oui.

ETAT : neuf.

BIOGRAPHIE & THÈME : égyptologie, (possiblement massage en Afrique) - voir Bibliographie africaine générale mais aussi le Lexique hiéroglyphique du CFDRM.

POIDS : gr.

Résumé :

 

 

Description : Acquis par le musée du Louvre il y a une dizaine d’années auprès d’un antiquaire, ce papyrus médical (Louvre E 32847), traduit et étudié pour la première fois par Thierry Bardinet, semble d’ores et déjà promis à compter parmi les grands textes de l’Antiquité. Écrit peut-être par le médecin personnel d’Aménophis II Information ouverte dans une nouvelle page (1424-1398 av. J.-C.), ce texte enseigne les bonnes pratiques à ceux qui exerceront la médecine auprès du Pharaon. Affections tumeurs, maladies graves, lésions cancéreuses… y sont observées et traitées. Ces dernières sont attribuées au dieu Khonsou. Pour lutter contre ce dieu égyptien, le médecin doit faire alliance avec « la majesté Seth Information ouverte dans une nouvelle page des Apirous Information ouverte dans une nouvelle page », tribu nomade dans la région d’Édom Information ouverte dans une nouvelle page, près du mont Laban. L’égyptologue émet l’hypothèse que cette assertion serait liée à une légende concernant ces sécrétions de sève du tamaris qui pousse dans cette région. « L’appellation “manne des Hébreux”, observe-t-il, vient des commentateurs modernes du livre de l’Exode pour qui la manne des Israélites serait […] les gouttelettes solidifiées provenant de la sève de tamarix mannifera Information ouverte dans une nouvelle page. » Étonnant !
Benoît de Sagazan.

Quatrième de couverture : Ce papyrus médical est un document exceptionnel qui date du règne d'Aménophis II. Son auteur l'a rédigé pour l'instruction de ses futurs confrères qui exerceront les fonctions de médecin personnel du pharaon et de chef de tous les médecins.

Le papyrus rassemble tout d'abord les signes des affections qu'un médecin de cour pouvait observer chez ses patients souvent âgés. Suit un traité sur les tumeurs, à la fois magique et rationnel, étonnant par sa description des lésions observées et des pronostics qu'il propose. Il explore le domaine des maladies graves et incurables comme les cancers et les lymphomes et ne se limite pas au savoir-faire et aux recettes convenues des livres de médecine traditionnels. La précision des observations cliniques est stupéfiante et nous pouvons parfois y reconnaître des affections qui n'ont été diagnostiquées que récemment.

Les lésions observées, comme celles des cancers, sont attribuées au dieu égyptien Khonsou Information ouverte dans une nouvelle page. Le médecin, pour organiser la lutte contre ces maladies et éviter lui-même d'en être atteint, utilise une plante sacrée d'origine mésopotamienne. Puis, pour lutter directement contre Khonsou, il fait alliance avec le dieu d'un groupe de tribus nomades présent en Transjordanie méridionale, un dieu unique et querelleur qui « met le feu aux autres dieux ».

Après ce traité, vient un texte sur la momification qui nous en dévoile enfin les secrets perdus, puis une liste complémentaire de recettes médicales. À travers la transcription du texte égyptien, sa traduction et son commentaire, cet ouvrage convie ainsi le lecteur à la rencontre d'un médecin d'il y a 3500 ans, dépositaire d'une tradition millénaire et qui a su, avec ses connaissances, sa logique thérapeutique et son acuité intellectuelle, explorer des chapitres nouveaux de la pathologie humaine.

Commentaires : Je reçois ce mail de mon ami Nicolas Buire qui m'alerte sur l'émergence du mot massage dans cet ouvrage "Je le feuillette actuellement et je trouve en Index des mots français le terme "masser" cité 2 fois avec 2 translittérations en égyptien ancien différentes (je ne peux hélas te les proposer qu'en version phonétique "à ma sauce" car je ne peux pas te scanner le texte.) Ces termes sont "iabi" et "khenem". Il y a la même chose concernant les termes "oindre, enduire", "palper", etc. Bien sûr, la transcription hiéroglyphique de ces termes existe dans le livre car chaque paragraphe du Papyrus du Louvre E 32847, recto et verso est figuré ainsi que les traductions suivies de Thierry Bardinet, qui est docteur en sciences historiques et philologiques de l'Ecole pratique des Hautes Etudes, et l'auteur de nombreux ouvrages et articles sur la médecine et botanique de l'Égypte ancienne."

Les pages où intervient le mot "masser" dans une thérapie sont : Chapitre 1. Recueil de médications pour la cour royale - Patients présentant des dermatoses, 71 (et "masser" se situe page 72) et Chapitre V. Médications complémentaires pour la cour royale - Livre du ricin, 249 (et "masser" se situe page 250).

Fiche de repérage (mots clef) : à compléter

TDM : Traite ou emploie des termes liés au massage :

Égypte, masser, onguent, onctions, oindre, onguents, enduire, palper, embaumement, .

Masso-contenu :

Bibliographie :

Livre en ligne sur :

Provenance : Paris, France.

Incorporation : samedi 2 mars 2019, 11:02, Prix éditeur : 38 TTC, prix indicatif vu à x€ .

Accès à l'emprunt : oui.

Statut de l'ouvrage : don.

Ne pas lire, en cours de rédaction.

Reconnaissance associative : faisait partie de la collection privée d'Alain Cabello-Mosnier.

— « Je qualifierai d'Entrée primaire en rouge afin que d'un seul coup d'oeil l'on puisse localiser les contenus masso-compatibles que j'aurai jugé valables et de NOTES les informations que j'apporterai parfois en appui du texte de l'auteur. Je r-tape les hiéroglyphes masso-pertinents que publie Bardinet avec le logiciel JSesh , pour éviter les erreurs ou les vérifier, le restitue la formule correspondante ainsi obtenue afin que chacun puisse vérifier par lui-même »

Le papyrus médical Louvre E 32847 fut utilisé par des médecins de haut rang. p. 31 "Ce texte ne concerne pas la pratique, mais la surveillance par un médecin des soins post-mortem permettant d'assurer la conservation du corps des grands personnages de la cours d'Amenhotep II au moyen d'onguents spécifiques conçus comme des prt, des "médications". Le contenu de ce texte concerne une phase cruciale de l'embaumement : la protection de la maladie contre les agents de la maladie, agents particulièrement retors, accusé d'ailleurs dans notre papyrus de répandre les cancers, qui continuaient après la mort en dégradant le corps du défunt."

Soyons clair, nous ne recherchons pas un palpé/roulé en bonne et due forme sans quoi, rien en Égypte mais une masso-présence est, comme souvent, déductive mais nous aurons deux

  1. 1ère entrée primaire sera davantage une piste peut-être exploitée plus loin dans l'ouvrage mais que je souhaite mentionner ici. Page 43, 2eme paragraphe où il est fait mention d'un homme souffrant de douleurs au bas-ventre et "des remèdes pour les affection du vagin avec des traitements qui se poursuivent en bas de la colonne, mais presque illisibles." Donc là, comme j'avais déjà abordé le cas d'une matométrie nécessitant un massage de la vulve dans Un massage obstétrical en Égypte entre la XVIIe et VIe dynastie chez Edwin SMITH (1822-1906), par Alain Cabello-Mosnier, 10/07/2018 je l'indique afin de voir si, parmi ces maux, il n'y aurait pas l'emploi de quelques gestes ou préparations qui rendraient le massage utile, même modestement.
  2. Page 44 NOTES "Les recettes égyptiennes pour les troubles urinaires sont bien attestées grâce au papyrus Ebers qui rassemble un chapitre spécial." et en effet, nous lisons dans Santé et hygiène de l'enfant dans l'Égypte ancienne, par Pascal Hennequin 2001 PDF TDM Fiche techniqueun massage déductif du ventre dans le cadre d'une rétention urinaire chez l'enfant.
  3. p. 45 NOTES Les égyptiens de cette époque ne nommaient pas les maladies comme le feront les grecs mais regroupent les signes en fonction des lésions constatées en les rassemblant dans un ordre descendant allant de la « tête au talon » pour tenter d'en chasser le démon. p. 48. Selon la gravité de la maladie on va réciter une formule magique pendant la prise du médicament à la fois pour tenter de chasser le démon à l'origine du mal mais aussi pour protéger le médecin qu'il pourrait être tentée de contaminer à son tour par malice. De plus, l'incantation se devait aussi de l'empêcher de revenir si tant est que cela soit possible puisqu'il la prise orale obligeait l'entité maléfique à fuir par la voie indigne qu'était l'anus afin d'échapper à la potion mais par laquelle il pouvait aussi revenir dès que ses effets s'étaient estompés.
  4. Page 49, deuxième entrée primaire toujours pour protéger l'anus de la personne atteinte, « Autre (médication) : rx+1.7 salive (litt. eau) avec larmes et graisse. Ce sera mangé par l'homme [=le patient/la patiente] et on placera de la graisse <sur> une compresse sur son anus et dans l'anus d'une telle (née) d'une telle, selon ce qu'à préconisé Horus. »
    [Donc ici, certes nous n'avons pas de
    massage clairement mentionné mais il ne saurait être laissé de côté que l'application de la compresse complétée par son matériel médicamenteux ait probablement donné lieu à de légers mouvements destinés à imprégner la peau de cette protection. De la même manière, l'enfoncement de la charpie utilisée contient bien les éléments constitutifs d'un massage par destination ne serait-ce qu'au regard des frottements textile/tégument facilité par le corps gras.]
  5. ...NOTES En annotation secondaire et juste pour l'avoir quelque part, nous avons ensuite en bas de page, sur une ligne hiéroglyphique comportant de nombreuses parties manquantes une évocation d'huile de ben dont l'application et l'usage confine au massage sans qu'il ne soit mentionné puisque la phrase est trop courte.
  6. Page 50 NOTES nous retrouvons dans ce pLouvre E 32847 les affections vaginales dont traite aussi le pEbers Information ouverte dans une nouvelle page que j'avais traité dans Un massage obstétrical en Égypte par Alain Cabello-Mosnier, 14/11/2017 en partant des travaux de l'égyptologue Richard-Alain Jean auteur de Histoire de la médecine en Égypte ancienne, Angers, 1er novembre 2017 : « Clinique obstétricale égyptienne - VII. Nous nous rappelons que les deux papyrus sont très proches par leur époque et leurs influences médicale.
  7. Page 54, [Troisième entrée secondaire masso-compatible] nouveau registre hiéroglyphique qui prête à interrogation sur la nature des mouvements nécessaire pour constituer un "Médication pour une femme [...] rx+2.1 huile de ben fraîche qui sera placée à l'intérieur du vagin et lui faire mâcher des baies de genévrier-macrocarpa rx+2.2  et des rhizomes de papyrus ; et on t'aura fourni une statuette en argile crue qui aura été malaxée avec des rhizomes de papyrus. Sera placé sur sa tête [celle de la statuette] rx+2.3 un bandage de lin fin trempé dans de la gomme douce et ce sera placé à l'intérieur de son vagin, jusqu'à sa guérison."

[Le plan proposé met en action une huile de ben fraîche qui sera placée à l'intérieur du vagin dont on peut déduire soit un scénario statique consistant juste à l'y faire couler comme dans un bol l'oléagineux, soit de dégager un masso-schéma plus dynamique avec une possible utilisation des doigts même si ce n'est pas spécifié.
Il s'agira ensuite de
malaxer (et donc de manipuler avec ses doigts) avec des rhizomes de papyrus et de l'argile pour en faire une statuette dont le bandage de lin ayant ceint la tête sera ensuite introduit dans l'orifice vaginal humecté de gomme. Ici aussi le massage est isolé à une seule séquence d'introduction qui est déjà suffisant pour en faire une gestuelle masso-compatible sans préciser s'il doit se répéter en va-et-vient et donc en massage tel que nous nous le représentons mais au regard des amenés déductifs déjà effectués par des égyptologues comme Richard-Alain Jean et la masso-sensibilité que je m'efforce de développer, l'argument tient.]

  1. Page 55 [Troisième entrée secondaire masso-compatible] Lésions traumatiques de la face avec application d'un masque sur la partie blessée : "rx+3.1 épautre-mymy ; eau de gomme ; cire. Cuire, [ajouter des] raisins, et enduire l'endroit où se trouve l'os." L'onction en présence doit avoir davantage valeur d'emplâtre, de recouvrement d'une préparation et il est difficile de savoir dans quelle mesure l'intention est de faire pénétrer la solution dans la peau afin d'atteindre la partie malade.
  2. Page 56 [masso-compatible] "Les médications qui suivent maintenant sont des variantes qui doivent être appliquées en utilisant onguents et bandages :
    Autre (médication) : ver-pqrw cuit à la graisse d'oie. Oindre avec.
    "
    Formule
    JSesh correspondante : $r-V31A:X1-$b-I14:Z1-Q7-U7:D21-V28-W24:Z2-O34:X1-G39-Z1-Aa13:O34-V28-W24:D40-M17-G17
    Le hiéroglyphe suivant emploie de la graisse (on poser un bandage sur cela pendant 4 jours) mais pour les besoins d'un bandage donc

 

Idées

Le cinéma c'est une succession de photos mais alors, est-ce qu'une seule photo suffit à faire du cinéma ? Non bien sûr si l'on isole le cinéma à sa cinétique visuelle mais pourtant, point de cinéma sans photographie, donc nous pouvons dire que l'image statique est le fondement du cinéma sans suffire tout-à-faire à le réaliser même s'il ne peut pas être réalisé sans elles successivement. L'image est la matrice prise entre le visuel et le mouvement, le sens du scénario et les sens corporels activés en empathie avec le film.

Quelle est la distance entre le réel brut et la représentation affinée que nous avons du massage ou voulons avoir du massage ?

in concreto - le massage doit penser ses externalités - la conditionnalité du massage - concordataire - englobement de la valeur contraire - anti-jeu - transitivité du massage - dyschonie -