CFDRM > Livres de la bibliothèque du CFDRM Livres de la bibliothèque > Tous les livres du XVIIIe siècle > fiche technique

*** ** Livre fondateur
Tome I de Voyage dans les Mers de l'INDE, 1779.  3ème livre utilisant le mot massage en français en 1783.

 

 

TITRE : Est à votre disposition Voyage dans les Mers de l'INDE Tome 1.
Fait par ordre du Roi à l'occasion du passage de

Vénus sur le disque du Soleil, le 6 juin 1761, et le 3 du même mois 1769. Imprimé par ordre de Sa Majesté (Louis XVI). Guillaume Le Gentil de la Galaissière parle de massage page 128, 129, 130 et 131 comme le mentionne le TILF.fr.
Voir Tome II

AUTEUR : Le Gentil de la Galaisière Guillaume Joseph Hyacinthe Jean Baptiste Information ouverte dans une nouvelle page. Troisième des 10 auteurs au 18eme à utiliser le mot massage en 1779.

ÉDITEUR : Imprimerie Royale

Date d'édition : 1779 pour ce premier tome, édition originale.

Régime politique du contexte de l'ouvrage (en France) : Monarchie, Louis XVI , (23 août 1754 à Versailles et mort le 21 janvier 1793, à Paris) — roi de France et de Navarre de (1774-1791), mort à 39 ans.

Lieu d'impression : France

LANGUE : français

FORMAT : complet en deux volumes in-4, 26,4 x 21cm, page de garde - page de titre - épître au Roi 2 pages - avant propos 8 pages - table 4 pages - texte 707 pages - table des matières 13 pages - addition - fautes à corriger 2 pages.

TYPE : Livres en deux tomes

ISBN : aucun

Droits : libres

Crédit photographique : Le CFDRM.

Identifiant : http://www.cfdrm.fr

Numéro d'archives :

RELIURE : plein veau de l'époque sans aucune restauration - dos à 5 nerfs - dos orné et titre doré - manques sur la coiffe supérieure et sur le plat inférieur - tache d'eau ancienne bien sèche.

ILLUSTRATIONS : oui, 13 planches dépliantes.

ETAT : absolument parfait à l'intérieur sans aucun défaut, sans rousseurs, ni taches, ni déchirures.

BIOGRAPHIE & THÈME : Voyage

POIDS :

Description : Le 26 mars 1760, Le Gentil embarque pour Pondichéry à la demande de l'Académie des Sciences, avec pour mission d'observer le passage de Vénus derrière le soleil. Il passera huit années à parcourir l'océan oriental et fera de curieuses observations dans les îles Mascareignes, à Madagascar, aux îles Mariannes, Comores, Ile Bourbon (Réunion), aux Philippines et sur les côtes de l'Inde. Il s'agit-là de l'édition originale de ces voyages scientifiques. Son ouvrage restera moins célèbre que ceux de Cook tant ce personnage aura jouer de malchance et se trompera sur bien de ses observations.

Commentaires : Page 128, 129, 130 et 131 Guillaume de la Galaissière parle de l'art massage.

Fiche de repérage (mots clef) : à compléter

TDM : oui, Ce volume traite de massage. Oui, c'est lui qui historiquement emploie le mot Masser en premier dans ce 1er tome. C'est le tome 2 - d'Edme Mentelle, de du tome 2 de Choix de lectures géographiques de 1783 Fiche technique qui le premier l'utilise dans un chapitre.

Livre en ligne sur : Google Livres 1ère édition ; Google Livres Dans l'édition de 1780 le passage qui nous intéresse ici ce trouve page 173 au lieu de la page 129 sur la première édition que nous avons.

Restitution de texte : p Lire

Bibliographie associée : Ouvrages le citant

*** ** Journal des Savants d'octobre 1779 TDM Fiche technique

*** ** Nouvel esprit des journaux français et étrangers. Par Jean-Jacques Tutot Numéro 1 Par Société de gens de lettres de 1780 TDM Fiche technique

Provenance : France

Incorporation : mercredi 13 janvier 2010 ; Ré-incorporation après restauration le dimanche 3 mars 2013 avec nettoyage de la reliure.

Accès à l'emprunt : non, Argus estimatif 8000€.

Statut de l'ouvrage : don

Reconnaissance associative : faisait partie de la collection privée d'Alain Cabello.

 

 

Restitution de texte par Alain Cabello

Je vous restitue ici, pour la première fois dans la littérature comme sur le net, l'intégralité du texte original que Guillaume de la Galaissière nous a dressé en 1769 sur l'art du massage et qui constitue l'unique raison pour laquelle je l'ai acquis. Je me fais une joie de l'offrir aujourd'hui au CFDRM afin d'augmenter son fond d'archive et de permettre à la communauté des masseurs et des masseuses de France d'accéder à leur patrimoine culturel et historique.

Les annotations en bas de pages sont dans ce volume lettrées (a), (b) etc. Celles qui sont numérotées sont de mon fait.

 

 

Voyage dans les Mers de l'INDE

 

Fait par ordre du Roi à l'occasion du passage de Vénus sur le disque du Soleil, le 6 juin 1761, et le 3 du même mois 1769. Imprimé par ordre de Sa Majesté. (Louis XVI ).

Par Guillaume Joseph Hyacinthe Jean Baptiste Legentil de la Galaisière

 

 

Page 128

Je place ici l'art de macer, que les femmes savent pratiquer comme les hommes. Jean-Henri Grose, en parlant de Surate Information ouverte dans une nouvelle page, décrit un usage établi dans l'Inde, ou d'une espèce d'opération, comme il l'appelle, très en usage chez les Orientaux, & qui est peu connue en Europe : j'ignore qui sont les voyageurs qui en parlent.

A la côte de Coromandel Information ouverte dans une nouvelle page, cette opération est aussi connue qu'à Surate Information ouverte dans une nouvelle page : on la nomme macer ou masser, (se faire masser).

On est couché sur un canapé ou sopha} n'ayant sur le corps que la chemise ; dans cet état, la personne qui masse vous pétrit les membres les uns après les autres à peu près comme on ferait de la pâte ; cette même personne tire aussi les extrémités des membres assez pour faire craquer toutes les jointures des poignets, des genoux & des doigts, sans faire le moindre mal, car ces personnes font de la plus grande dextérité.

On assure que cette opération est nécessaire dans l'Inde, & facilite la circulation des fluides que la trop grande chaleur tend à faire croupir, & auxquels elle ôte la liberté du mouvement ; que le massement rend les membres plus souples & plus agiles.

Un voyageur exact doit tout voir par lui-même autant qu'il lui est possible. La seconde année de mon séjour à Pondichéry, la chaleur m'avait très-fort incommodé. On ne peut presque pas prendre, dans cette saison, l'exercice de la promenade, tant on est accablé. Il m'était venu une douleur dans les deux genoux, que je ne sentais cependant pas lorsque j'étais en repos, assis ou couché ; mais sitôt

 

Page 129

que je voulais me mettre en mouvement, j'y sentais une douleur inconcevable, & une espèce de roideur dans les jambes, qui m'ôtait la liberté de marcher. J'avais une peine singulière à mettre un pied devant l'autre; pour faire les premiers pas j'étais obligé d'avoir recours au bras de mon Daubachy, pour m'aider à me soutenir dans les premiers momens ; au bout de quelques minutes je pouvais me passer d'aide, les douleurs cessaient peu à peu, & les forces me revenoient. Mon interprète & mon Daubachy me conseillèrent de me faire masser ; je suivis leur avis & je m'en trouvai très-bien. Beaucoup de femmes Européennes se font masser tous les jours par leurs Moces ou servantes. A la côte de Coromandel Information ouverte dans une nouvelle page il y a masseurs & masseuses ; c'est ordinairement au moment de la sieste, (c) que se pratique cette opération. Les personnes qui vous massent, vous voyant endormi, vous laissent & s'en vont.

Cette opération est peut-être une des plus voluptueuses & des plus sensuelles que l'amour du plaisir ait fait inventer ; mais quelque voluptueuse qu'elle soit pour les Indiens, ils n'y attachent aucune idée d'immodestie ou d'indécence, parce que cela n'est point dans leurs mœurs.

Il est certain qu'elle excite les plus délicieuses sensations, & qu'on s'endort dans la plus douce ivresse. Grose prétend qu'elle fait éprouver aux Indiens une tendre langueur, qui va quelquefois jusqu'à se pâmer & s'évanouir.

Je ne serais point étonné que cela leur arrivât, sur-tout aux gens riches, qui réussissent mieux qu'on ne fait dans toute autre partie du monde, à se donner leurs aises, & qui en

(c) Dormir la sieste est la même chose que faire la méridienne.

 

Page 130

conséquence savent ajouter à cette opération un raffinement de volupté que je n'ai point éprouvé ; il consiste à avoir une demi-douzaine, & plus, de petits oreillers & couffins extraordinairement mous, faits d'une espèce de coton très-fin, qui vient à de grands arbres nommés ouettiers.

Les personnes riches sont couchées sur plusieurs couffins de cette espèce ; ils en ont sous la tête, un sous chaque coude, un sous chaque poignet, pareillement sous les genoux & sous les talons.

Ces oreillers contribuent aussi à tempérer la chaleur ; Les Européens, comme les Indiens, lorsqu'ils sont riches, ne couchent jamais sans avoir plusieurs oreillers sur leur lit ; ils en tiennent presque toujours un entre les bras : ils en changent à leur gré quand ils se réveillent ; ils en mettent aussi sous les bras & sous les jambes.

Les Indiens trouvent tant de volupté dans l'usage de ces couffins ou oreillers, qu'ils représentent une grande partie de leurs divinités couchées ou appuyées sur des couffins. (Voyez le chapitre suivant).

Je doute qu'il y ait sur le reste de la terre un endroit où l'on réussisse mieux à prendre ses aises que dans l'Inde, où le pays offre tant d'attraits & de charmes, & où en même tems le peuple soit si doux.

Chaque climat a ses délices, j'en conviens : si l'Inde a ses frictions, comme les nomme Grose, la Russie a ses bains, selon M. l'abbé Chappe ; mais ces bains ont besoin d'une cérémonie & d'un assaisonnement de verges, qui ne furent pas longtemps du goût de cet académicien. Enfin, l'Inde est un pays rempli, pour ainsi dire, de magie & d'enchantemens ; ceux qui y mettent le pied se trouvent

 

Page 131

en quelque sorte métamorphosés, si l'expression est permise. Ce pays ressemblerait assez en cela à l'île & au palais enchanté de Circé , d'où Ulysse ne s'arracha qu'avec peine. C'est dommage que ce pays gémisse sous l'oppression des Mogols, nation ambitieuse, féroce & barbare.

Grose croit, & avec raison, que les Romains avaient anciennement connu l'usage de se faire masser ; que Martial & Sénèque en parlent.

Voici le passage de Martial :

Percurrit agili corpus arte tractatrix,
Manumque doctam spargit omnibus membris. (1)
Lib. III épigramme. 8l

Sénèque, en s'élevant contre le luxe des Romains, semble aussi leur reprocher, (dit Grose) la friction orientale (d).

L'Inde est soumise aux Tartares connus, comme on sait, sous le nom de Mogols. Les Tamoults m'ont dit qu'ils sont plus de quarante Indiens contre un Mogol, & malgré cela ils gémissent sous la tyrannie de ces fiers conquérans. En voici la raison.

Les Indiens sont plus fins, plus adroits dans les affaires, & plus politiques que les Mogols ; mais ceux-ci sont plus guerriers.

(d) An potiùs optem ut malacissandos articulos exoletis meis porrigam : Ut muliercula aut aliquis in mulierculam ex viro versus digitulos meos ducat. (2)

 

Fin du texte nous intéressant

 

(1) Il s'agit d'un épigramme du poète romain Martial à l'encontre d'un de ses riches contemporains dont voici la traduction "Une masseuse exerce son art léger sur toutes les parties de son corps, et promène sa main habile sur chacun de ses membres." La suite de cet épigramme que ne nous donne pas Guillaume de la Galaissière est tout aussi salée et contient d'ailleurs une autre entrée sur les massages referencée par le CFDRM voir la suite.

(2) Traduction "Appellerai-je de préférence de jeunes garçons pour m'assouplir les articulations ; ou bien, à défaut d'une femme, un homme changé en femme, pour détendre mes chers petits doigts ? Voir la suite de la Lettre 66 à Lucilius par Sénèque.

Nous avons ici un superbe témoignage exhumé du 18ème siècle dans lequel Guillaume de la Galaissière traite de massage sur quatre pages et va même relever la qualité des cousins pour le confort de l'allonge chez les indiens.