CFDRM > Livres de la bibliothèque du CFDRM Livres de la bibliothèque > Tous les livres du XXe siècle > fiche technique

Page créée le : lundi 2 septembre 2019, 14:54 - Dernière mise à jour : jeudi 12 septembre 2019, 17:29
Noms Propres cités : Clôt bey  ; Daremberg ; Dauzats ; Dumas ; Homère ; Ibn Touloün ; Roûms ; Saglio ;
Noms de villes et lieux cités : al-Foustat ; Égypte ; Maqrïzi ; Sinaï
Noms communs cités : Massage p. 2, 4, ; garçons de bains p. 2 ; praticien p. 5; onction p. 11; huile, p. 11, frictions, p. 11; masseurs p. 24 ; patients p. 24 ; hammam p. 2 ; frotté au gant de crin (kîs el hammâm) p.24 ; beit al-harara ;

Non acquis

TITRE : Est à votre disposition Les hammams du Caire,

AUTEUR : Édmond Pauty 1887-1980, Ancien chef du service des beaux-arts, Maroc.

ÉDITEUR : Imprimerie de l'Institut français d'archéologie orientale.

Date d'édition : 1933, 1ère Édition.

Régime politique du contexte de l'ouvrage (en France) : Troisième République (de 1870 à 1940), Albert Lebrun , (né le 29 août 1871 à Mercy-le-Haut (alors en Moselle) et mort le 6 mars 1950 à Paris (16e) — 15e président de la République française du 10 mai 1932 – 11 juillet 1940 (de facto).

Réédition :

Lieu d'impression : France.

LANGUE : français.

FORMAT : 1 volume complet, VIII-65 pages.

ISBN : aucun.

Droits : libres.

Crédit photographique : _

Identifiant : http://www.cfdrm.fr

Numéro d'archives :

RELIURE : Broché,

ILLUSTRATIONS : 12 planches.

ETAT : _

BIOGRAPHIE & THÈME : Les hammams du Caire (Égypte), massage.

POIDS :

Description :

Résumé :

 

 

Commentaires : Extrêmement rare. Mémoires publiées par les membres de l'Institut d'Archéologie Orientale du Caire, tome LXIV. IFAO, Demi-cuir contemporain, un bel exemplaire.

Fiche de repérage (mots clef) : à compléter

Massage p. 2, 4, ; garçons de bains p. 2 ; praticien p. 5; onction p. 11; huile, p. 11, frictions, p. 11; masseurs p. 24 ; patients p. 24 ; hammam p. 2 ; frotté au gant de crin (kîs el hammâm) p. 24; beit al-harara ;

TDM : Traite ou emploie des termes liés au massage

Quatrième de couverture :

Bibliographie afférente qui cite ce livre :

Source en ligne :

Provenance :

Incorporation : titre de l'ouvrage communiqué par l'égyptologue Richard-Alain Jean le 2/08/19.

Accès à l'emprunt :

Statut de l'ouvrage : non acquis, trouvé à 1600€.

Reconnaissance associative :

 

 

Restitution de texte afférente au massage : par Alain Cabello-Mosnier.

Page 2 "Si les hammams du Caire nous sont peu connus, cela provient peut-être de ce que leur étude minutieuse est difficile : ils sont continuellement chauffés. S’en tenir à 1'examen des bains abandonnés ou en réparations demeure insuffisant. Pour les bien connaître, il faut donc consentir à prendre de nombreux bains, pratique hygiénique qui était très recommandée par Clôt bey (3). Le bain n'offre pas d'ailleurs les rigueurs qui nous sont révélées par A. Dumas (3). L’on n’y est pas saisi par « deux vigoureux garçons de bains » qui vous appréhendent et après vous avoir mis nu comme la main, vous font pénétrer dans une pièce où « la vapeur est si intense, et la chaleur si grande » qu’on pourrait accuser les garçons de s’être trompés et de vous avoir fait pénétrer dans un four ; enfin les étuves ne laissent nullement supposer « que depuis cinq mille ans l’homme s’est trompé d’élément et que sa vocation est d’être bouilli et rôti ». Le brouillard n y est pas particulièrement épais et le massage ne vous est pas imposé par deux bourreaux qui vous fixent sur la table de marbre d’un amphithéâtre.

(3) Clot bey, Aperçu sur l'Égypte, TDM Fiche techniquet- II, P. 344 et suiv. « J’ai déjà parlé longuement de l’usage des bains de vapeur et de l’opération du massage, ainsi que des excellents effets qu’ils produisent, autant comme mesure d’hygiène que comme moyen thérapeutique. . . L’usage des bains de vapeur et du massage, considérés comme moyens hygiéniques, doit être aussi adopté par les étrangers qui sont établis en Égypte. ».

(4) Alexandre Dumas et A. Dauzats, Quinze jours au Sinaï, p. 13, Les bains. Le Sinai : (Impressions de voyage), TDM Fiche technique

Page 4 "Faut-il parler encore des délices du massage et du repos charmant que l'on goûte sur ces lits disposés autour d’une haute galerie à baluslres qui domine la salle d'entrée des bains ?"

Planche 2, entre les pp. 4 et 5 vue b : vue du beit al-harara qui est cette pierre centrale sur laquelle on se fait masser ou savonner ce qui reste une friction.

Page 5 "Les bains étaient nombreux au Caire, très fréquentés, abondamment fournis de serviteurs et souvent luxueux. Maqrïzi rapporte la narration suivante au sujet des bains, sous Ibn Touloün . « A al-Foustat , dans sa partie orientale, il y avait un bain construit par les Roûms (Grecs ou Byzantins), très fréquenté au temps de Ahmad ibn Touloün. J’y entrai, au temps de Khoümaraweih ibn Touloun, et j’y demandai un garçon qui me servît. Je n’en trouvai aucun qui fût libre pour me servir et l’on me dit que chaque praticien avait avec lui deux ou trois aides à son service. Combien y a-t-il donc de praticiens dans ce hammam, demandai-je ? et l’on m’apprit qu’il y en avait soixante-dix, leurs aides étant rarement moins de trois, non compris ceux qui ayant achevé leur besogne s’en allaient. Je partis, n’y étant pas entré, faute de gens pour me servir ; j’en cherchai un autre, mais je ne pus trouver quelqu’un de libre qu’après le quatrième hammam et celui qu, me servit y était a taire de remplaçant."
[Note interne : là il s'agirait de savoir ce que praticien peut bien vouloir recouvrir, s'il s'agit juste de serviteurs ou si cela concerne aussi les masseurs mais vu que le massage est cité à plusieurs reprises il est évident que ces jeunes hommes s'occupaient du client.]

Page 9 "Dès les temps anciens l'on pratiquait les bains chauds et froid. Les héros d'Homère se délassaient en prenant des bains chauds, avec une simplicité primitive, dans des cuves de bois ou de marbre, et se faisaient faire des onction d’huile.
Les précisions que nous fournit Homère rappellent certains actes du bain que l’on peut encore remarquer aujourd’hui : "le feu est allumé ( Od. X, 358 et suiv.) sous un trépied ; au-dessus est posé un vase d’airain, où chauffe l’eau qui doit être versée dans la cuve et mêlée à l'eau froide ; la personne à qui le bain est destiné entre dans le bain, et une autre la lave en répandant l’eau sur la tête et les épaules, puis la frotte d’huile et la rhabille..."

Page 11 "« Le bain normal et complet, à Rome comme en Grèce, jusqu’à la fin des temps anciens, se composait essentiellement de trois actes, à savoir, l’étuve, le bain d’eau chaude, et le bain d’eau froide ; à quoi il faut en ajouter un quatrième qui, pour ne pas faire partie du bain à proprement parler, n’en était pas moins jugé indispensable, l’onction d’huile, accompagnée de frictions, qui précédait ou suivait les autres opérations » (1)
(1) Daremberg et Saglio, p. 653 TDM Fiche technique(sûrement le tome I).

Page 14 "Enfin le bain était complété par la pièce pour onctions l'éléothesium...".

CHAPITRE II. - LES BAINS DU CAIRE.

Page 24 "Un espace central (san), couverte par une coupole ('ubba), au sol mosaïqué, reçoit un massif polygonal revêtu de marbres ou de mosaïques, sur lequel les masseurs (sing. mukayyisâti ) assouplissent leurs patients (1) .
(1)  L'opération qui consiste à faire craquer les jointures s'appelle ta'ta'a , après vous avoir frotté au gant de crin (kîs el hammâm) ou de la bourre de palmier (lîfa), opération dénommée (takyîs), vous râpe le dessous des pieds avec une sorte de pierre ponce le (agar.)

 

 

 

 

Commentaire des lecteurs Chaque personne ayant procédé à la lecture de ce livre pourra, si elle le souhaite, y faire paraître un commentaire ou un résumé en lien avec le massage.

Nom, prénom et date