Étude clinique et expérimentale sur le massage,
Par
A. Castex
2
ème partie
(1ère partie, cliquez ici)

Essais sur des animaux
Voici un thème jamais abordé et qui constitue un des rares témoignage écrit sur la foi d'un document scientifique démontrant que le massage médical s'est aussi fondé sur des essais sur des animaux délibérément frappés, fracturés afin de constater de la pertinence de la manipulation.
Jusqu'au 19ème siècle, le massage est laissé avec condescendence aux rebouteux puis, constatant les effets probants de certaines manipulations sur les membres lésés, la médecine s'en empare. Comme souvent dans ce cas, les rebouteux sont écartés sans ménagement et ce qu'ils pratiquaient ainsi depuis des siècles, devient brusquement de l'exercice illégal de la médecine. Bien sûr il faut constater de visu les effets qu'un massage peut avoir sur les ecchymoses, les fractures et autres désagréments atteignant l'homme. Dans cette logique on procèdera à des essais sur des animaux afin de mesurer sur deux blessures identiques, les effets du massage sur l'une.

Nous vous présentons ce que nous avons de l'Etude clinique et expérimentale sur le massage de 1891 de Castex, telle que Bium, Bibliothèque Inter-universitaire de médecine, l'a numérisé. Il nous a semblé incontournable de mettre ce texte à la disposition du public afin de donner au massage une plus juste perspective historique.
Nous vous informons que le texte peut heurter les plus sensibles.

Récapitulatif
Pour ceux que cette lecture n'intéresse pas forcément dans son intégralité il s'agissait de mener une étude comparative sur six chiens différents, de grande taille, et de les frapper avec méthode afin d'obtenir, une contusion, une luxation ou une entorse équivalente sur les articulations et de procéder à un massage sur l'une afin de voir les incidences que cela a sur sa résorption. Ces manipulations violentes comme le reconnaît son auteur se pratique avec une anesthésie puis sans. Les animaux sont ensuite autopsiés.
La conclusion de cette "expérience" est que le massage pratiqué précocement, "favorise l'état fonctionnel de l'articulation massée".

A noter.
Re-transcription bénévole de : Etude clinique et expérimentale sur le massage, par Alain de Paris, avril 2008, au bénéfice du pôle Recherche du CFDRM.
(Ces travaux de retranscription ont été effectués afin de rendre plus aisément exploitable des données qui sont souvent numérisées, rendant leur exploitation malaisée. Ce document se trouve également numérisée par le site Bium. Nous signalons que hormis quelques fautes qui peuvent toujours se glisser dans la copie, le texte est très exactement restitué et libre de droit.

Liste des personnes mentionnées dans ce texte
Dr. Fège, Pr. Ch. Richet, Dr Spehl

 

 

 

ARCHIVES GENERALES
DE MEDECINE


Janvier 1892


Mémoires originaux


Etude clinique et expérimentale sur le massage,
Par
A. Castex

Deuxième article

Partie expérimentale.

Nous avons vu dans la première partie de cette étude, les résultats thérapeutiques du massage. Après les avoir constaté, il y a lieu de se demander comment, par quels mécanismes intimes le massage produit ses résultats, quelle est, en d'autres termes, sa physiologie ?

Diverses explications ont été proposées jusqu'à présent. On a dit : les passes du masseur ramènent les organes à l'états normale :

1° En y accélérant le cours du sang ;

2° En agissant de même sur la lymphe ;

3° En faisant résorber les produits pathologiques ;

4° En propulsant les déchets organiques ;

5° Elles calment les douleurs en épuisant la sensibilité des terminaisons nerveuses par élongation ;

6° Elles agissent par action thermique et électrique, etc.

Ces explications sont de simples hypothèses et j'ai cherché, pour ma part, la physiologie du massage dans une voie qui, n'a pas que je sache, été tentée jusqu'ici.

Grâce à l'obligeance de M. le professeur Ch. Richet, j'ai pu faire, l'été dernier, dans son laboratoire de physiologie, des


(Page 6)
expériences variées sur des chiens. J'ai choisi cet animal, parce que, en raison de sa taille, il est ceux que l'on utilise dans les laboratoires, celui qui se rapproche le plus de l'homme.

Le plan que j'ai suivi pour ces expériences et le suivant :

J'ai pratiqué des contusions simples, des contusions aux articulations, des entorses, des luxations et des fractures juxta-articulaires, toujours doubles et symétriques, actionnant dans la même séances l'épaule gauche et l'épaule droite ou la cuisse gauche et la cuisse droite. Un des côtés était massé par un spécialiste, sur mes indications, l'autre abandonné sans massage à l'évolution naturelle des lésions. Les effets immédiats, consécutifs et éloignés été soigneusement notés jour par jour.

J'ai tenu ces chiens en observation pendant six mois au plus et c'est à la fin ou dans le cours de cette période, suivant les cas, que je les ai sacrifiés pour examiner au microscope : muscles, vaisseaux, nerfs, squelette des parties traumatisées, avec ou sans massage, ainsi que les parties correspondante de la moelle épinière.

J'ai de la sorte transporté le massage de la pratique professionnelle courante au laboratoire de physiologie  dans le bu d'évaluer le degré de son action, en me dégageant des conditions de nervosisme, de suggestion qui peuvent, chez l'homme, dénaturer ses résultats. On m'accordera bien, en effet, que lorsqu'un chien traumatisé aux deux fesses, massé à droite et non à gauche, boite de la jambe gauche exclusivement, il traduit, sans erreur d'interprétation possible, le soulagement que le massage a procuré dans sa fesse droite.
C'est en outre l'étude histologique du muscle massé que contient ce travail et ce-sont ces derniers documents qui en constituent la partie nouvelle.

Dans mes premières expériences, je choisissais toujours pour le massage le côté droit de l'animal, dans le but d'éviter une confusion dans l'appréciation des résultats, mais sur une juste objection du professeur Ch. Richet, j'ai renoncé à ce choix exclusif. On aurait pu m'objecter en effet, que, connais-

 

(Page 7)
sant à l'avance celle des deux épaules, des deux hanches ou des deux cuisses qui serait massée, le traumatisme que je produisais était intentionnellement, ou si l'on veut inconsciemment moins intense pour le côté où les passes devaient intervenir.

Bien plus, l'animal une fois traumatisé, je cherchais celle des ses deux régions homologues qui semblait la plus endommagée dans son fonctionnement et c'est justement celle qui semblait l'être davantage que je faisais masser. Les résultats que j'expose seront ainsi, j'espère, du moins par ce côté spécial, à l'abri de la critique.
J'ai renoncé encore, dans mes dernières expériences, à l'anesthésie chloralique que je pratiquais dans les premières. Elle a l'avantage de rendre moins pénibles ces heurts forcément brutaux, mais l'animal n'indique plus par ses plaintes et ses mouvements le degré du traumatisme. Or il importe qu'il soit de valeur égale pour les deux côtés. L'anesthésie supprime encore les énergiques contractions musculaires défensives que nous savons compliquer les accidents. _ un homme ivre qui fait une chute en état de relâchement musculaire aura plus de chance de ne pas se fracturer la jambe que s'il avait conservé son sens musculaire. Je voulais ne pas enlever à l'observation la part d'effet qui revient à cette catégorie de contractions. C'est pourquoi j'ai renoncé à l'anesthésie. On sait d'ailleurs le caractère du chien qui vient lécher la main de celui qui, le matin même, s'est exercé à coups redoublés de lourd maillet sur une partie de son corps.

En quelques ligne voici comment j'ai généralement procédé :

J'exerçais les contusions au moyen d'un gros maillet de bois ou avec une bouteille de grès. Mon bras s'abattait de toute sa hauteur, jusqu'à trente cinq fois de chaque côté, de manière à produire des effets intenses et sensiblement égaux.

Le massage qui, au début de mes expériences, duraient un quart d'heure, a été réduit à dix minutes, cette durée m'ayant paru proportionné à la vigueur du chien. Un quart

 

(Page 8)
d'heure, c'était lassant pour lui, cinq minutes suffisaient même quelques fois.

Les passes consistaient en frictions : friction avec les pouces ou avec le talon de la main, friction avec toute la main, pétrissages, etc.

Avant de masser l'animal, je le faisais marcher ou courir pour apprécier ensuite l'effet immédiat de la séance.

Dès qu'il sortait du chenil, je l'examinais, marchant, au pas, courant, et promenant sur ses jambes de derrière dans la déambulation bipède pour mieux comparer l'état fonctionnel des deux hanches.

Deux observateurs se plaçaient à chaque extrémité du laboratoire examinant simultanément les allures du chien et contrôlant le résultat distinct de leurs observations.

L'animal était anesthésié avec la solution généralement employée dans le laboratoire du professeur Ch. Richet.

      Hydrate de chloral .............     100 grammes

      Chlorhydrate de morphine..      0 gr. 50

      Eau distillée .......................      1 litre

On injecte en moyenne sous la peau ou dans la cavité péritonéale, dix seringues de 5 centimètres cubes, chaque, pour un chien qui pèse à peu près 18 kilos.

 

 

 

 

Expérience I.
Contusions simples.

Chien de garde de haute taille.

Le chien est étendu sur la table de vivisection, reposant sur le ventre, les quatre membres et la tête attachées, mais non trop serrés, afin que l'animal puisse exécuter quelques mouvements de défense et se retrouver dans les conditions d'un individus qui reçoit une contusion accidentelle. Le gras de la cuisse est rasé à la tondeuse. Je profite du moment où le chien est un peu dressé sur ses pattes de derrière pour faire la contusion.

Avec une grande bouteille vide en grès (une de ces bouteilles dans lesquelles on met du mercure), je frappe douze coup violents et consécutifs sur les faces externe et antérieure de la cuisse. Mon bras droit s'abattant sur la partie désignée. L'animal, par ses cris de plus en plus violents, indique que la contusion est forte et

 

(Page 9)
vraiment ressentie. Elle s'arrête pourtant à ce degré où j'ai l'impression qu'une plus grande force fracturerait les os.

Immédiatement après ces coups redoublés, on voit un gonflement bleuâtre modéré se dessiner sur les parties contusionnées. L'animal se calme peu à peu. On le laisse ainsi reposer pendant environ 1/2 heure, puis le massage commence et est continué sans interruption pendant dix minutes exactement.

Il consiste en friction centripètes avec les pouces, puis avec le talon de la main, par écrasement, enfin en pétrissages avec toute la main.

L'animal ne manifeste aucune douleur. Le massage terminé, la mensuration montre un cent. de moins de circonférence à droite qu'à gauche.

L'animal est détaché de la table à vivisection, puis promené dans le laboratoire, tenue en laisse au moyen d'un collier. Tout d'abord la marche paraît naturelle, mais en y regardant de plus près on voit manifestement que l'animal a le membre inférieur gauche raide ; il ne boite pas à proprement parler, mais la jambe traîne un peu est présente beaucoup moins de souplesse que le membre inférieur droit, dont les fonctions semblent absolument intactes.

10 juillet. 2e massage. Il résulte de l'examen attentif du chien qu'il y a une raideur dans le membre gauche, tandis que le droit fonctionne librement. Massage de dix minutes supporté très docilement. Après le massage, le membre droit fonctionne librement sans apparence de douleur. Le gauche paraît toujours un peut raide.

Le 11. 3e massage. Deux observateurs se placent en face l'un de l'autre, à une trentaine de mètres, pendant que le chien est promené au collier de l'un à l'autre, pour mieux observer l'expérience. Le chien traîne un peu la patte postérieure gauche et glisse de cette jambe lorsqu'il gambade. _ Massage pendant cinq minutes, parce qu'on remarque que pour les chiens la séance de dix minutes est vraiment excessive. Massage non douloureux. On renouvelle l'observation après le massage, elle n'apprend rien de plus. En somme, on voit dès à présent que le membre massé ne se ressent plus de l'accident.

Le 12. 4e massage. Même observation qu'au troisième massage.

Le 15. L'animal traîne toujours un peu la jambe gauche. Elle reste en arrière est semble plus difficile à mettre en mouvement. Il ne peut y avoir d'erreur, car le Dr Spehl, professeur à l'université de Bruxelles, qui est de passage au laboratoire, constate le fait sans savoir quel

 

(Page 10)
côté a été massé. En examinant comparativement les deux cuisses, on voit que la cuisse gauche reste un peu plus gonflée que la droite (1cent. 1/2). On suspend la massage, puisque les bons effets qu'il a produit sont acquis.

Le 30 septembre 1890, deux mois après ces expériences, l'examine attentivement ce grand chien noir. D'abord au point de vue des contusions de cuisse : en le faisant aller d'un bout à l'autre du laboratoire, je ne constate rien de particulier dans la marche. Peut-être la cuisse gauche est-elle un peu paresseuse quand l'animal court, mais c'est très peu sensible. Les différences dans les deux côtés se montrent au contraire très manifestes quand on fait la palpation et surtout à la mensuration des deux cuisses.

La cuisse gauche, en effet, celle qui n'a pas été massée, présente à quatre travers de doigt au-dessus du genou un circonférence de 24 cent. La cuisse droite au contraire en mesure 26 ;  du reste la palpation montre que cette cuisse est plus ferme et plus peine que la gauche.

 

Remarque. _ Cette première expérience nous montre :

1° Que l'effet immédiat du massage, loin d'aggraver la contusion violente de la cuisse, a sur le-champ réduit les extravations et diminué le gonflement traumatique ;

2° Que les fonctions musculaires fortement contusionnée sont sauvegardées si le massage intervient après l'accident ;

3° Que les manoeuvres du massage ont encore pour effets de prévenir l'amyotrophie qui survient à la longue dans la partie contusionnée.

La comparaison des deux cuisses de ce premier chien, deux mois et demi après l'expérience, et surtout leur mensuration, l'établit péremptoirement.

 

 

 

 

Expérience II
Contusions d'articulations.

 

Chien de chasse de haute taille.

L'animal est fixé identiquement comme le premier sur la table à vivisection. Les deux régions de l'épaule sont rasées à la tondeuse.
Faisant renverser l'animal un peu sur le flanc, de manière à ce que mon maillet puisse successivement aborder les diverses masses

 

(Page 11)

musculaires qui enveloppe la tête humérale, et me plaçant moi-même à une certaine hauteur pour que mon mallet s'abatte avec force sur la partie en expérience, je donne de toute la force de mon bras droit douze coups successifs avec un gros maillet en bois, tantôt sur le deltoïde même, tantôt sur le haut de l'épaule, tantôt en arrière, tantôt en avant. J'en fais de même pour les deux épaules, donnant à la contusion toute la force possible, mais évitant dans la mesure du possible de fracturer le squelette.

Comme le premier, ce chien indique par ses cris que la contusion est douloureusement ressentie, puis il tombe dans une sorte de sommeil entre-coupé de plaintes, pendant environ dix minute après lesquelles il se réveille, s'agite, se plaint et semble souffrir beaucoup plus que le premier, qui a été seulement contusionné au gras des cuisses.

Un quart d'heure après, on pratique le massage de tous les muscles de l'épaule droite : frictions avec les pouces, refoulements centripètes avec le talon de la main, pétrissages circulaires est centripètes. L'animal ne manifeste aucune douleur. Il semble même éprouver du soulagement de ces manoeuvres. La séance du massage est continuée pendant dix minutes exactement, après lesquelles l'animal détaché est promené de long en large dans le laboratoire. Rien non plus au premier abord ; mais lorsqu'on se place en face de lui à une certaine distance et qu'on  le fait venir à soi, on voit que la patte antérieure gauche, qui n'a pas été massée, a peu de souplesse. Ses diverses articulations s'abstiennent de jouer et le membre s'appuie obliquement en dehors, en s'écartant de l'axe du corps, rappelant ainsi l'attitude de l'homme qui a reçu une forte contusion de l'épaule et qui maintient le membre atteint dans une certaine abduction.

Très nettement, la patte droite fonctionne sans la moindre irrégularité.

10 juillet. 2e massage. Raideur sensible du membre gauche. Massage de dix minutes supporté docilement. Après le massage, le membre droit fonctionne très librement. Le gauche est dans le même étant que précédemment.

Le 11 juillet. 3e massage. On examine le chien au sortir du chenil, dans les même conditions que le premier. L'animal boite manifestement de l'épaule non massée ; en outre, quand on presse légèrement sur cette région, qui est restée gonflée, il pousse des cris de souffrance, et cette constatation est réitérée plusieurs fois. Massage du côté droit, qui n'est ni gonflé ni douloureux, pendant dix minutes.

 

(Page 12)

Avant le massage, on a remarqué que la boiterie de l'épaule non massée était encore plus accentuée que la veille.

Le 12 juillet. 4e massage. Mêmes observations  qu'au 3e massage.

Le 15. On se contente d'examiner le chien en le faisant marcher d'un observateur à l'autre, comme précédemment. On évite de le faire courir, car lorsque les animaux courent, la boiterie est moins évidente. On remarque que l'épaule droite ne boite aucunement. Au contraire, l'animal boite de l'épaule gauche ; mais il faut dire qu'une ulcération de la dimension d'une pièce de 2 francs s'est produite sur le moignon  de cette épaule. En autre, non seulement l'épaule massé ne présente pas d'ulcération, mais elle reste absolument indolore aux manipulations. Le chien est ramené au chenil pour attendre la cicatrisation. On cesse la massage, puisque, malgré une interruption de quarante huit heures, reste guérie, au contact comme à la marche.

 

Remarques. _ L'influence favorable du massage se montre ici de toute évidence. Des deux épaules, celle qui a subi les manipulations se trouve préservée de toutes les fâcheuses conséquences de la contusion. L'autre, au contraire, gonfle, devient douloureuse au toucher et le membre correspondant ne peut porter l'animal.

 

 

 

 

Expérience III.
Contusion de la hanche.

 

8 novembre 1890 . Grande chienne de chasse

L'animal étant fixé sur la table à vivisection, on le couche successivement sur son côté droit et sur son côté gauche. On fléchit le membre inférieur en expérience dans toutes ses articulations. Dans cette attitude les parties molles font saillie et on a plus de chance de les atteindre dans les contusions en évitant le squelette et, par suite, en se mettant à l'abri des fractures.

Avec une de ces grosses bouteilles en grès qui nous avait déjà servi nous faisons des contusions violentes sur les faces antérieure et latérale de la hanche. trente sept fois successives, mon bras s'abat de toute sa force, tantôt sur les muscles de la cuisse, tantôt sur les muscles pelvi-trochantériens, quelques fois sur le grand trochanter, mais toujours en évitant la région du nerf sciatique. L'animal indique par des cris et par ses mouvements de défense que la contusion l'atteint douloureusement.

 

(Page 13)

Il est immédiatement détaché et mis sur ses quatre pattes. Il s'affaisse sur son train postérieur sans se coucher cependant et glisse quand on l'oblige à marcher. Il semble que ce soit le membre intérieur gauche qui est le plus gêné, aussi après avoir laissé l'animal se reposer pendant vingt minutes on commence le massage de cette région (hanche gauche).

Massage pendant dix minutes de toutes la région de la hanche gauche. L'animal ne pousse aucun cri pendant ces manoeuvres. On pourrait même dire que par le calme où il se trouve il en éprouve plutôt du soulagement. Immédiatement après il est remis sur ses quatre pattes et l'on constate comme résultat immédiat qu'il y a moins de raideur et moins de gêne dans cette hanche. En effet, tandis que tout à l'heure, avant le massage, cette hanche gauche était plus atteinte que la droite, à présent elles sont atteintes au même degré qui consiste en un peu de paresse à la marche, un peu d'affaissement sur le train postérieur et un peu d'incertitude dans les mouvements de ces hanches.

9 novembre 1890. 2e massage de dix minutes.

L'état du chien que l'on examine avant le massage est sensiblement le même qu'après la première séance. le deuxième massage semble avoir assoupli un peu l'articulation de la hanche et l'animal boite moins du côté gauche.

Le 10. 3e massage. Même état du chien. Massage de dix min. La boiterie est de moins en moins accentués à gauche et paraît au contraire plus accentuée à droite.

Le 11. 4e massage. L'animal soutenu sur le devant et marchant sur le train de derrière on constate qu'il boite plus de la jambe droite que de la gauche.

Le 13. 5e séance, dix min. De la même expérience faite sur le chien, quant à l'observation de sa marche, on constate que la boiterie à gauche n'existe plus et que l'attitude de ce membre est normal.

L'animal est reconduit à sa niche.

Le 14. 6e séance. Après la séance on constat que l'animal ne boite plus du tout de la jambe postérieur gauche, mais qu'il reste de l'enflure à la cuisse, tandis que la boiterie s'est reportée sur le membre droit opposé.

Le 15. 7e séance. Avant d'être massé l'animal est promené dans le laboratoire. Qu'il marche sur ses quatre pattes ou sur les deux de derrière, on ne peut pas saisir de différence appréciable dans le fonctionnement des deux postérieurs.

 

(Page 14)

Massage pendant dix min. Principalement sur les muscles pelvi-trochantériens.

L'animal est ensuite promené tantôt à quatre pattes, tantôt à deux et on croit pouvoir affirmer qu'il boite, légèrement il est vrai de son membre inférieur droit, celui qui n'a jamais été massé. M. le Pr Ch. Richet, fait lui-même la remarque, ignorant absolument quel côté a été massé.

La mensuration pratiquée aussi haut que possible à la racine du membre établit une différence en moins de 3 cent sur le côté massé.
Donc, les résultats se montrent favorables, puisque le côté massé est plus gonflé et plus valide.

Le 17. 8e massage, dix min. Même conclusion qu'à la 7e séance, la boiterie à droite est bien plus accentuée.

Le 19. 9e massage. Même observation qu'au massage précédent.

Le 21. 10e massage, huit min. Quand on promène l'animal sur ses deux pattes de derrière, on constate qu'il boite encore de la jambe droite.

Le 26. 11e massage. L'animal semble ne plus boiter de la jambe droite.

Le 29. 12e massage. L'animal se porte bien, ne boite plus d'aucun membre. Le massage est interrompu.

7 janvier 1891; On fait un examen tardif de l'animal et on constate que si on le fait marcher sur ses deux pattes de derrière, il se laisse tomber sur la droite (non massée). Le temps d'appui est plus long qu'à gauche.

La mensuration donne pour circonférence des cuisses, à leurs parties supérieure et inférieure :

    à gauche 34 cent. et 21 cent.

    à droite 36 cent. et 27 cent.

La cuisse droite non massée est donc resté plus gonflée. Les poils sont plus rudes à gauche.

 

En dégageant ce que cette observation présente de particulier, on voit que :
  1° Malgré l'intensité particulière du traumatisme, le massage n'était pas douloureux et faisait au contraire disparaître l'élément douleur résultant des contusions fortes ;
  2° L'amélioration est rapide, puisque après quarante huit heures et trois séances de massage, le membre gauche, plus atteint

 

(Page 15)

par le traumatisme, n'est pas moins valide que le droit, et après la 5e séance il ne boite plus ;
  3° Les mensurations en circonférence, prise en haut et en bas des cuisses, sept jours et soixante jours après le début de l'expérience, concordent pour indiquer que le massage a fait disparaître le gonflement de la cuisse gauche ;
  4° Cette observation est particulièrement intéressante parce qu'elle tend à prouver que les traumatismes de la hanche (sans fracture ni luxation), qui, bénin d'apparence, laissent si souvent après eux des importances fonctionnelles et boiteries rebelles d'origine musculaire,  un massage précoce et persistant conjurer le danger.

C'est dans le but de m'éclairer sur ce point spécial que, dans mes expériences, j'ai compris des contusions sur les hanches.

 

Autopsie complète le 6 février 1891

1° J'enlève toute la moelle.

2° J'enlève les téguments de tout le train postérieur ; les masses musculaires gauches (massées) sont plus rouge que celle du côté droit. Divers fragments de muscles, vaisseaux et nerfs,  sont mis à la part dans des liquides conservateurs. Rien au trochanter ni à l'articulation. Rien aux viscères, mais les plèvres sont tuberculeuses.

 

 

 

 

Expérience IV.
Contusion de la hanche.

17 octobre 1890. Chien mouton.

L'animal est favorable à cette expérience car il a les cuisses bien musclées. On l'attache sur la table à expérience.

Avec une bouteille de grès analogues aux flacons de curaçao je frappe quinze fore coups répétés de toute la force de mon bras. J'assène douze coups sur la face externe de la cuisse et trois fois sur la face antérieure,  évitant ainsi le nerf sciatique. L'animal pousse des cris, expulse urine et matières fécales. Il est pris immédiatement après d'un tremblement général qui est encore plus accusé dans les muscles de la cuisse.

Il est détaché, promené, et bien que les parties contusionnées soient très sensibles au toucher. Il marche comme si de rien n'était.

On le reconduit au chenil.

 

(Page 16)

18 octobre. Rien d'apparent dans la marche. Il n'est pas fait de massage.

Remarques. _ Voici un résultat négatif, d'autant plus négatif que l'autopsie à montré, comme sur l'examen sur le vivant, les massages musculaires indemnes. Le consigne ici cependant, non seulement pour donner le résultat exact de mes recherches, mais encore pour montrer à quel point quelques chien (et j'ai fais cette remarque nombre de fois) supportent sans suites les plus violent traumatismes et se montrent par là réfractaires aux investigations expérimentales.

 

 

 

Expérience V.
Entorses.

18 octobre 1890. Chien de chasse de haute taille pesant 28 kilos 500 gramme. On lui injecte dans la cavité abdominale dix seringue de la solution anesthésique utilisée dans le laboratoire.

Dès que l'animal est à moitié endormi, je commence à faire subir successivement à ses deux poignets des mouvements faux et forcés dans tous les sens, en adduction et en abduction et surtout des mouvements d'horizontalité dans les deux sens après avoir mis l'extrémité du membre à angle droit sur l'avant-bras, ce qu me paraît le moyen le plus efficace pour entorser l'articulation. Je pousse ce mouvement jusqu'à ce degré où je comprends que la fracture est proche. L'animal indique par ses plaintes qu'il ressent une douleur intense. Je prolonge les mouvements pendant environ trois minutes pour chaque articulation.

Un quart d'heure environ après commence le massage d'une des articulation du poignet.

Le choix se porte sur l'articulation droite, celle qui, par son gonflement, paraît avoir le plus vivement réagit. La séance dure à peu près dix minutes.

Elle consiste en pressions ascendantes et circulaires de toute la main. L'animal qui est plus éveillé que tout à l'heure ne semble pas souffrir du massage.

La séance terminée, je prends la circonférence des deux articulations à trois travers de doigts au-dessus de l'implantation de l'ergot que les chiens porte à la partie interne de la région et je vois, pour le côté gauche non massé, 13 cent. 1/2, pour le côté droit massé 12 cent. 1/4.

 

(Page 17)

L'animal est reconduit à sa niche et tenu au repos le plus possible. On ne met pas d'appareil d'autant que dans leur niche cette espèce de chiens restent presque toujours immobiles.

2 octobre. L'animal tenu en laisse est examiné. On constate qu'il marche sans difficulté aussi bien du membre qui a été massé que de celui qui ne l'a pas été. On fait le massage et il est ramené à ça niche.

Le 3. Au sortir du chenil l'animal ne paraît se ressentir aucunement des expériences qu'il a subies. Pensant que l'anesthésie chloralique peut expliquer ce manque de douleur, je remets l'animal sur la table à expérience sans l'endormir cette fois et je pratique à trois reprises sur l'une et l'autre articulation du poignet des mouvements de torsion forcée. L'animal paraît surtout souffrir des mouvements de torsion en dedans. Je m'applique à exercer ces mouvements de préférence dans une flexion légère pour avoir ainsi plus de prise sur les ligaments latéraux. L'animal pousse des cris de douleur pendant ces manoeuvres qui durent environ dix minutes pour chaque articulation. Je ne m'arrête que lorsque j'éprouve moi-même une réelle fatigue à pratiquer ces mouvements forcés. On détache l'animal qui se met à marcher comme si de rien n'était.

4 octobre. L'animal paraît ne se ressentir en rien des mouvements de torsion qu'il a subis. Il ne lui est pas fait de massage.

5 octobre. Même état constaté. Pas de massage.

Remarques _ Cette remarque établie seulement la facilité avec laquelle l'animal se remet d'une entorse forcée sans s'en ressentir et le dégonflement immédiat obtenu par le massage.

 

 

 

Expérience VI.
Luxations.

18 juillet 1890. Un grand chien de garde est endormi avec 30 gr. de la solution chloral et morphine en injection intra-abdominale.

J'essaie d'abord inutilement de luxer l'épaule par la torsion de l'humérus en dehors. Je n'arrive qu'à luxer le coud droit en dehors et à fracturer le carpe droit par torsion. Je réussis au contraire à luxer très facilement les deux épaules par la torsion en dedans sans même faire fixer l'omoplate, ce que j'avais fait inutilement pour la torsion en dehors. La tête de l'humérus devient très visible sous les téguments, c'est une luxation en avant et en dedans qui

 

(Page 18)
me paraît intra-coracoïdienne, toujours est-il que la moindre traction sur le membre luxé la réduit instantanément.

Un appareil mobilisateur est appliqué sur les diverses parties du membre droit qui a été lésé à plusieurs endroits pendant les manoeuvres et on fait pendant cinq minutes le massage de l'épaule droite. On respecte complètement la région de l'épaule gauche. On met un bandage en huit de chiffre sur les deux épaules et l'animal est rapporté dans son chenil sans y être immobilisé. On sait, en effet, que moins l'animal est attaché à sa niche, moins il remue.

Les 19, 20 et 21. L'animal se meut difficilement sur ses quatre pattes. L'épaule droite est moins douloureuse au toucher. Le chien semble plus solide sur sa patte antérieure droite. Massage pendant cinq minutes chaque fois.

Le 22. L'animal est fatigué, il a de la diarrhée, de l'amaigrissement, les yeux chassieux.

En le faisant marcher, il s'appuie sur la patte de devant droite, modérément il est vrai : tandis qu'il relève la patte de devant gauche qui n'a pas été massée et quand on le pousse pour qu'il fasse quelques pas, on remarque qu'il tient toujours relevée et fléchie dans ses articulations cette même patte qui n'a pas été massée. On le couche sur la table de vivisection et on voit que toutes sortes de pressions exercées sur l'articulation massée ne sont aucunement douloureuses. Au contraire quand on manipule l'articulation qui n'a pas été massée, l'animal s'agite et cherche à mordre.

Massage de cinq minutes, on reporte l'animal dans sa niche et on le met au régime de lait et du bismuth. Il est d'autant plus intéressant de regarder l'animal se servir de sa patte antérieure droite massée à l'épaule, qu'il a eu à cette patte luxation du coud et fracture du carpe.

Le 24. L'animal a été laissé au repos jusqu'à aujourd'hui, il est mieux comme état général. Il s'appuie bien sur la patte massée et tient toujours l'autre relevée et fléchie.

Les pressions sur la première articulation sont indolores, il n'y a pas d'arthrite mais peut-être un peu d'atrophie musculaire, il est vrai que le chien est émacié de partout.

L'articulation non massée est très gonflée, très douloureuse, le chien pousse des cris quand on la comprime, on y sent des craquements.

Les deux articulations restent réduites malgré quelques mouvements passifs qu'on leur imprime.

 

(Page 19)

Le 26. L'animal marche sur sa patte massée, très bien, mais tient l'autre relevée. Le gonflement persiste à gauche, massage de cinq minutes.

Le 28. L'animal se présente toujours dans les mêmes conditions, c'est-à-dire marche très facilement sur sa patte massée et fléchissant dans toutes ses articulations celle qui ne l'a pas été. L'articulation de l'épaule massée est absolument indolore aux pressions, pas de craquements articulaires.

L'articulation non massée est très tuméfiée, la luxation qui semblait se faire et se défaire jusqu'à ce jour ne se reproduit plus. J'ai même soin de reporter l'animal par terre à deux reprises après m'être assuré que la tête humérale est bien en place et cependant l'animal reste avec son membre non massé fléchie.

D'instinct il évite de s'en servir et le tient replié sous sa poitrine

3 août. Le massage de cinq minute de l'épaule droite, l'animal, avant comme après le massage se sert très bien du membre droit. Le membre gauche n'est pas encore rétabli, le chien s'en sert de temps à autre seulement.

30 septembre 1890. L'état de l'animal, quant à ses membres inférieurs n'a guère varié.

1° Quand on le fait aller d'un bout à l'autre du laboratoire, un observateur se tenant à chaque extrémité du parcourt, on constate qu'il se sert très bien de son membre antérieur droit et dans la marche et dans la course, tandis que son membre antérieur gauche reste la plupart du temps fléchi sous ses jointures et n'appuie que très légèrement sur le sol, surtout dans la course.

2° La palpation montre que les luxations sont bien réduites, qu'aucune n'est plus douloureuse, mais qu'il existe une atrophie non douteuse des masses musculaires autour de l'épaule gauche. C'est ainsi que l'épine de l'omoplate est très sensible à gauche, tandis qu'à droite il faut la chercher avec plus d'attention.

3° La mensuration établit de façon encore plus certaine les résultats acquit. Ainsi, la circonférence de l'épaule droite mesurée à la racine du membre, celui-là étant fléchi à 90 degrés du tronc, mesure :

      Pour le côté droit................................ 30 centimètres

      Pour le côté gauche............................. 28      __

    De-même la circonférence du bras mesure :

      Pour le côté droit................................ 19 centimètres 5

      Pour le côté gauche............................. 18      __

 

(Page 20)

Donc, l'atrophie autour de l'articulation massée et certaine et si le chien ne se sert pas de son membre antérieur gauche, c'est parce que ses muscles n'ont plus la force, et non pas parce qu'il en souffre, puisque les manipulations exercées aujourd'hui sur les deux épaules ne sont douloureuses ni à droite, ni à gauche.

L'autopsie qui sera faite complétera encore ces résultats.

22 octobre 1890. On examine l'animal au point de vue de ses luxations.

On remarque que le membre antérieur gauche reste fléchi, l'animal ne s'en sert que très exceptionnellement. L'articulation de l'épaule reste un peu gonflée, douloureuse au toucher ; quand on lui fait exécuter des mouvements, on perçoit des frottements qui semblent bien être dans l'articulation. Le membre entier et surtout la région de l'épaule sont frappées d'atrophie manifeste. Quand on mesure comparativement le membre gauche et le membre droit, on voit qu'il y a 4 cent. en moins de circonférence et à l'avant-bras 2 cent. en moins.

Remarques __ L'heureuse influence du massage se montre encore avec évidence dans cette expérience comme résultat immédiat et comme résultat tardif. Tandis que l'épaule massée ne conserve aucun traumatisme, celle qui n'a pas été massée reste gonflée, devient douloureuse et a des craquements. L'animal évite de s'en servir. J'insiste particulièrement que, grâce au massage hâtif, l'épaule et le membre droit n'ont pas subi d'atrophie, les chiffres le prouvent. Les résultats sont d'autant plus probants que j'ai choisi pour le massage le côté le plus endommagé par les manoeuvres de luxation.

 

 

Expérience VII.
Luxations de l'épaule.

17 octobre 1890. Chienne de chasse. Les dernières expériences faites après anesthésies, n'ayant donné aucun résultat en ce sens que les animaux n'ont pas éprouvé les suites ordinaires du traumatisme artificiel, nous utilisons ces deux derniers animaux pour d'autres recherches. Nous procédons cette fois sans anesthésie, dans la pensée qu'elle a rendu vains les efforts produits.

L'animal attaché à la table de vivisection, je lui luxe successivement les deux épaules, ce qui se fait avec peu de facilité et des résultats différents.

 

(Page 21)

Epaule droite : avant que la tête humérale sorte de sa loge, il se fait une luxation en dehors du coude, je la réduis aussitôt et la tête humérale se luxe.

Epaule gauche : luxation difficile à produire. Je l'obtiens cependant sans luxer le coude. Ces deux luxations de l'épaules sont manifestes non seulement par la saillie que vient faire la tête humérale sous les parties molles, mais encore par l'épanchement que produit la tête lorsqu'elle réintègre sa cavité.

L'animal qui semble beaucoup souffrir est maintenu en état de luxation scapulo-humérale pendant une demie-heure environ. Il se débat vivement malgré ses liens.

Au bout d'une demie-heure on lève l'animal. Il se tient bien et marche sur sa patte droite, celle qui a été luxée au coude et à l'épaule.

au contraire la patte gauche traîne, il ne s'en sert pas ; il faut dire que la luxation se reproduit d'elle-même; Du reste l'épaule droite est indolore au toucher et la gauche très douloureuse. L'animal est reconduit au chenil et le massage remis au lendemain pour donner à la capsule le temps de se refermer.

18 octobre. L'animal étant dans le même état qu'hier, la luxation se reproduisant d'elle-même, il n'est pas fait de massage.

L'autopsie a montré que pour l'épaule gauche il s'était produit un arrachement de la petite tubérosité, et de tout le squelette avoisinant, avec épanchement séro-sanguinolent abondant ; à droite, au contraire il n'y avait qu'arrachement de la petite tubérosité sans épanchement.

Remarques. Je n'ai pas cru devoir entreprendre le massage sur cette chienne puisque la luxation était incoercible à gauche ; nous n'aurions pu en déterminer la comparaison. J'ajoute sou observation aux autres pour les détails techniques qu'elle contient et en raison des constatations d'autopsie.

 

 

Expérience VIII.
Luxations de l'épaule.

1 juillet 1890. Chien mouton, taille moyenne, bien musclé, pesant 16 kil. 500, que l'on endort avec 9 seringues avec la solution connue de chloral et morphine.

Le sommeil arrive rapidement, et je pratique la luxation de chaque épaule, l'animal reposant sur le côté opposé du corps et moi

 

 (Page 22)

prenant à deux mains le membre demi-fléchi dans toutes ses articulations et forçant la rotation en dedans de l'humérus sans fixation de l'homoplate jusqu'à ce que je sente la tête de l'humérale sortir de sa place ordinaire. Ces luxations se font très facilement, elles ne sont pas contestables :

1° Parce qu'on sent la tête humérale déplacée sous les muscles en avant et en dedans ;

2° Parce qu'en tirant sur le membre on produit l'échappement caractéristique de la tête rentrant dans sa loge et cela à plusieurs reprise, toutes les personnes de l'entourage voyant en entendant se mouvement de rentrée.

Les luxations réduites, l'animal est laissé un quart d'heure immobile, puis commence le massage de l'épaule gauche choisie parce que la luxation a été plus difficile et que par suite, on doit supposer le traumatisme plus intense, les effets du massage plus probants.

La séance dure sept minutes environ.

Pressions centripète sur le dehors de l'articulation puis sur le dedans et tout particulièrement sur le deltoïde.

L'animal et reporté dans sa niche mais auparavant je mesure la circonférence de l'une et l'autre épaule sans trouver une différence digne d'être notée.

2 août 1890. Deuxième massage. L'animale semble boiter plus de la partie qui a été massé, mais cette boiterie est moins apparente après le deuxième massage qui dure sept minutes.

Le 3; Au sortir du chenil l'animal marche normalement. Je le replace sur la table à expérience et sans lui donner de chloral, je luxe ses deux épaules comme l'avant-veille à cinq ou six reprises, en exagérant et en forçant sur l'attitude normale. L'animal pousse des cris de souffrances, je le maintiens ensuite pendant vingt minutes, ses deux épaules luxée et les coudes attachés ensemble derrière le dos. Après quoi je réduis la luxation, ce qui ne se fait pas spontanément mais très facilement d'ailleurs, en tirant sur le bras. On fait marcher l'animal et on voit qu'il boite des deux épaules ; quand on lui demande de donner la patte il se tient sur les trois autres, mais en fléchissant et s'affaissant un peu. Massage de cinq minutes autour de l'articulation gauche. Immédiatement après l'animal marche plus aisément, surtout de l'épaule massée.

Le 4. L'animal ne boite que très légèrement de la jambe droite.

 

(Page 23)

Il lui est faut un massage de cinq minutes après lequel rien ne reste plus d'anormal dans la marche.

Le 6. L'animal était tout à fait remis.

On cesse la massage (4 massages en tout).

Remarques. Ici encore le traumatisme, quoique très violent, n'a que fort peu endommager les deux épaules. Le massage favorise cependant l'état fonctionnel de l'articulation massée dans une mesure proportionnelle.

Autopsie du chien mouton.

On commence par découvrir tout le groupe musculaire qui enveloppe l'épaule.

Sans se rappeler quel est le côté massé, on remarque que le côté droit (et les quatre personnes présentes font la même constatation) est moins rouge et surtout atrophié.

Les divers départements musculaires, au lie de se présenter en saillie comme à gauche, se présentent en creux. Or c'est le côté gauche qui a été massé 4 fois. L'ouverture des articulation montrent d'abord ont été bien réduites, ensuite que la déchirure capsulaire, à peu près cicatrisée aujourd'hui, c'est faite en avant et près du col anatomique de l'humérus. On sent en effet là des rugosités et on voit des éraillures. Pas d'arthrite. On prend un fragment des deux muscles déltoïdes pour le microscope.

L'examen des muscles de la hanche n'indiquent rien. On prend aussi la moelle et on ne garde que le renflement cervico-branchial.

En préconisant le massage hâtif dans le traitement des luxations, je me trouve tout à fait d'accord avec le Dr. Fège, très versé dans cette pratique. Il a inséré dans la Revue d'hygiène thérapeutique, au mois de janvier 1891, une étude sur le massage précoce des luxations(1), où il recommande de commencer les passes dès le premier jour de la luxation. Il est nécessaire, dit-il, d'agir énergiquement pour éviter et combattre l'atrophie. Comme durée du traitement, il assigne une période de quinze à vingt jours. Je suis heureux de constater qu'avec des éléments d'étude différents, nous arrivons à des conclusions analogues.

____________________________________________________________________________

(1) J. Fège. Massage précoce dans les luxations après réduction.

Revue d'hyg. thérap., janvier 1891

 

(Page 24)

En récapitulant mes expériences, je trouve que sur les huit, six sont probantes. Deux seulement restent sans conclusion, l'une parce que le chien c'est montré réfractaire aux effets du traumatisme, l'autre parce que le massage était inapplicable.

Aucune n'est contradictoire.

(A suivre.)

 

 

 

http://www.cfdrm.fr