CFDRM >Livres de la bibliothèque du CFDRM Livres de la bibliothèque > Poésies

 

Massage de bien-être

 

Des petits massage d'amour,

pour notre belle de toujours,

beauté de la vie,

la plus belle aujourd'hui...

 

On faut un massage de bien-être,

un massage d'amour pour l'être,

qui est l'élue de notre coeur,

et qui est la plus belle fleur...

 

Parcourir le corps de l'amour,

et cela chaque jour,

de celle qu'on aime tellement,

qu'on en oublie le temps...

 

Un petit massage bien-être d'amour,

qui rime avec toujours,

pour la fleur de notre coeur,

qui est la plus belle et tout un bonheur...

 

Olivier O.
Source du net :
poeme.boreal
pseudo : Poète
Droit réservé
12 septembre 2006

 

 

 

Du docteur Rabelais

 

L'odeur du vin ô combien plus eft friant, riant, priant, plus cel eft et délicieux que l'huile ? Et prendray autant à gloire qu'on die de moy que plus en vin ay defpendu qu'en huile.
Que fit Demofthene, quand on luy difoit que plus en huile qu'en vin defpendoit ?
C'est à cela que tente de répondre notre Rabelais national dans cette édition de 1666...

 

 

 

Cabello

 

Petite audace

_ Eh, l'allonge, corps nu
Que fais-tu dévêtue
Moins couverte qu'un saint
Misérable vaux-rien ?

 

_ Comme sont les Canuts
Sans linceul et sans but

J'attends l'oeuvre du bien
Pour qu'il délie mes liens
Mais ne l'a-tu pas vu ?
Cet homme de vertu ?
Qui ne désire rien
Que le sable qu'il tient

 

_ Rien si peu défendu
Ne serait advenu
Un Être si serein
Humbles et sans bien
Le très-haut seul le put
Préparant sa venue

_ Celui-ci le vaut bien
Car sur moi il parvient
Mon masseur ingénu
Par ce geste ténu
D'imposition des mains
Un voyage sans fin

 

_ Ce rêve le crois-tu ?
Lancinant et têtu ?
Répond c'est ton destin
Allonge mais enfin !

Éveillé il le crut
Pour si peu qu'il s'en fut

 

Alain Cabello Mosnier
13 04 2008
Autre voire playliste
Fiche technique

et ici la playliste Fiche technique

 

 

 

Sonnets du docteur
Par le docteur Georges Camuset Fiche technique

Ces sonnets, disponibles au CFDRM, furent publiés en 1932 et illustrés par Joseph Hémard. Edition Jacques Petit à Tour. Mise en ligne le 6 mai 2008 (Libre de droits)

 

Dans les nuits sans sommeil, l'amour vous a blêmie

Et vos chairs ont perdu leur tonus, ô ma soeur !

Maintenant il vous faut confier au masseur

Les trésors alanguis de votre anatomie

 

Ointes d'une huile ambrée, effort de la chimie,

Ses mains en qui la force épouse la douceur,

Pressent le grand-dorsal, malaxe l'extenseur,

Pour des combats nouveaux vous voilà raffermie.

 

Jadis votre docteur, plein de calme aujourd'hui,

Massait fougueusement sur des lits de pervenches...

Il opère à présent pour le compte d'autrui.

 

Tel plongeant ses bras nus au sein des pâtes blanches,

Le gindre enfariné, dévêtu jusqu'aux hanches,

Pétrit de petits pains __ qui ne sont pas pour lui.

 

 

 

Le métier de Masseur

pièce de théâtre de Richard Pierre
Livret de 1941 est disponible au CFDRM Fiche technique

Extrait de la rime en fin de pièce.

 

Masser, n'est pas chose facile,

Je m'en aperçois aujourd'hui.

Bah ! pourquoi m'échauffer la bile

Je vais tout droit, boire un demi !

 

 

 

Poèmes traitants du corps

 

 

Le blason est une forme littéraire comme celui de Marot au sujet du "tétin".:

Tetin refaict, plus blanc qu’un oeuf,
Tetin de satin blanc tout neuf,
Tetin qui fait honte à la rose,
Tetin plus beau que nulle chose ;
Tetin dur, non pas Tetin, voyre,
Mais petite boule d’Ivoire,
Au milieu duquel est assise
Une fraize ou une cerise,
Que nul ne voit, ne touche aussi,
Mais je gaige qu’il est ainsi.
Tetin donc au petit bout rouge
Tetin qui jamais ne se bouge

 

 

 

Le front par Maurice Scève :

Front apparent, affin qu’on peult mieulx lire
Les loix qu’amour voulut en luy escrire,
O front, tu es une table d’attente
Où ma vie est, et ma mort trespatente.

 

 

 

Sabots et verbes de souillon

J'ai deux Amour, mon Auvergne et Paris
Même si c'est le massage qui dévore toute ma vie

Dieu que cet art est beau lorsqu'on s'en fait créateur,
créateur en massage français
Être celui par lequel passe tant de rêves éphémères
Un Corp allongé,
qu'il soit celui d'un homme, d'une femme, d'un bébé ou d'un vieillard
Qu'il soit mourant, fou ou prisonnier
La graphie de la vie vaut toutes les beautés

Sous tes mains putain, sous tes mains
Sous tes mains tant de mots, tant de choses passent
C'est toi qui en est ce grand ordonnateur
et qui glane à coup de gestes
l'enchantement d'une peau qu'on laisse à regrès

Une peau qui parle pour des doigts qui écoutent
Toute autre parole reste muette, la souillon
tu donnes à sa bouche la même valeur qu'au trou de son cul

Cul comme commencement.
Loin du cul mort des pédés
Comme est mort ce sexe vexant des hétéros estampillés
Rennaîssent, ici, en massage français, comme autant de possible.
Tu leur masses le sexe comme tu leur masses les doigts
Et certains comprennent que de la niche à l'olympe
un rien les en séparent
ce n'est plus seulement une question de distance, de taille.

Masser c'est voyager, c'est découvrir l'autre par le prolongement de soi
Masser c'est y être.
C'est perçevoir ici, là, sous tes doigts une parcelle de son âme, une bribe de l'esprit qu'anime le souffle de celui qui expire.
Expirer pour mieux respirer et ramasser sous sa poitrine l'espoir ressasé d'être enfin compris par quelqu'un.

C'est la façon qui change tout
C'est de regarder comme jamais personne ne prend le temps
Regarder,
juste avoir été là, l'espace d'un massage

Un homme qui s'endort sous les mains d'un masseur
que les vents de ses rêves emportent comme feuilles,
à travers les champs communaux de son corps,
et lui qui cours derrière,
qui rigole, qui virevolte,
tant de fraîcheur, de fragrances fragiles
que tu regardes avec lui en promeneur attendri
un peu vieux, un peu seul et pourtant si vivant

et bien les esprits qui saisissent cela
ne ferment pas les yeux pour avoir été las
Mais ceux qui saisissent cela
Ne les ferment vraiment que pour avoir le bonheur,
tout aussi nu qu'eux, d'avoir pu tout simplement être là.

Je suis comme Jean le bleu, le sabotier de Giono
Mon massé est mon sabot
et chaque cor au pied doit y trouver sa place
Pour pouvoir dire quand j'aurais trépassé


N'avoir vécu pour n'avoir été qu'un faiseur de massage
Moi, un masseur au pieds nus

Dimanche 31 mai 2009
Cabello Alain

 

 

 

 

Dans son « poème de la grande peste de 1348, Olivier de la Hayes Information ouverte dans une nouvelle page écrivait :

Page 149
Que celle d'ambre qui est dicte,
A quoy faire prenez alipte,
Qui musquée soit & bien forte,...

Page 150
Comme alipte, o musc composée,
Et gallie ainsi disposée,
Et simple musc, fort odorant,

Page 149
Alipte, en latin alipta, c'est une noble
confection qui reçoit en soy, o les autres choses,
muscque, & pour ce est dicte alipte musquée ou

Il serait intéressant d'acquérir cet ouvrage.

 

 

 

 

Novalis dans Hymnes à la nuit :

Que jaillit-il soudain de si prémonitoire sous mon cœur et qui absorbe le souffle douceâtre de la nostalgie ? As-tu, toi aussi, un faible pour nous, sombre Nuit ? Que portes-tu sous ton manteau qui, avec une invisible force, me va à l’âme ? Un baume précieux goutte de ta main, du bouquet de pavots. Tu soulèves dans les airs les ailes alourdies du cœur. Obscurément, ineffablement nous nous sentons envahis par l’émoi - je vois, dans un joyeux effroi, un visage grave, qui, doux et recueilli, se penche vers moi, et sous des boucles infiniment emmêlées montre la jeunesse chérie de la Mère.

 

 

 

Laurent Tailhade, Au pays du Mufle Fiche technique

HYDROTHÉRAPIE

Ainsi ses membres gourds et sa vertèbre à point
Traversent l’appareil des tuyaux et des lances,
Tandis que des
masseurs tout gonflés d’insolences
Frottent au gant de crin son dos où l’acné point.
...

 

 

 

Si vous repérez des poèmes, des textes ou toutes choses se rapportant de près ou de loin au massage merci de nous les faire parvenir contact.cfdrm@yahoo.fr